Sherbrooke renonce aux Jeux

C'est la ministre de la Francophonie, Christine St-Pierre,... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

C'est la ministre de la Francophonie, Christine St-Pierre, qui a fait l'annonce du retrait de Sherbrooke dans le processus d'obtention des Jeux de la Francophonie de 2021. Le maire Bernard Sévigny et le député de Sherbrooke Luc Fortin (en arrière-plan) étaient aussi présents à la conférence de presse tenue à l'hôtel de ville de Sherbrooke, vendredi matin.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Malgré un dossier « impeccable à tout point de vue », Sherbrooke retire sa candidature en vue d'obtenir les Jeux de la Francophonie de 2021 et se range maintenant derrière celle de Moncton-Dieppe, au Nouveau-Brunswick, qui bénéficie de l'appui du Comité d'orientation des Jeux.

L'annonce du retrait de la candidature sherbrookoise a été confirmée vendredi matin par la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, lors d'une conférence de presse tenue à l'hôtel de ville de Sherbrooke.

Mme St-Pierre pilotait la délégation québécoise qui a soutenu la candidature de Sherbrooke devant le Comité d'orientation, à Abidjan, le 1er mars dernier, à laquelle s'était joint l'ancien premier ministre du Québec, Jean Charest.

« Au cours des derniers jours, nous avons fait le point, a déclaré d'entrée de jeu la ministre St-Pierre. Nous avons consulté aussi des observateurs qui connaissent bien l'organisation internationale de la francophonie et, après mûre réflexion, à titre de chef de la délégation du Québec, je vous annonce ce matin que le gouvernement du Québec retire sa candidature. »

Malgré le consensus favorable établi à Abidjan en faveur de Moncton-Dieppe, la ministre St-Pierre a indiqué qu'elle croyait toujours que la candidature sherbrookoise ne comportait aucune lacune.

« Notre présentation était impeccable à tout point de vue, c'est-à-dire la capacité d'organisation, les infrastructures, les équipes, le montage financier et les collaborateurs. Malgré cela, le comité d'orientation a recommandé à Abidjan que ce soit la ville de Moncton qui puisse accueillir les Jeux de la Francophonie de 2021 », a-t-elle soutenu avant d'ajouter que le Québec allait maintenant se ranger derrière la candidature de Moncton-Dieppe en vue du choix final de la ville-hôtesse qui sera annoncé le 7 avril, à Paris.

« Cri du coeur »

Encore visiblement déçu de la décision du Conseil d'orientation, le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a souligné le fait que les deux candidatures soumises à Abidjan étaient « extrêmement différentes ». La délégation acadienne, a-t-il dit, y est allée d'un « cri du coeur » qui a visiblement touché les 15 membres du comité d'orientation.

« Vous savez quand on parle de l'Acadie, qu'on retourne dans l'histoire et qu'on parle du Grand dérangement de 1755 (...), c'est très différent. Sherbrooke a son histoire et c'est difficile de comparer l'un et l'autre. Il y avait (dans la présentation acadienne) des éléments qui sont venus chercher les membres qui avaient à faire un choix et c'est pourquoi ils ont choisi le Nouveau-Brunswick. C'est un jugement, une appréciation qui a été portée, et il faut respecter le processus », a-t-il soumis.

Malgré le résultat, le maire Sévigny estime que le processus de candidature aura néanmoins permis à Sherbrooke de mettre à jour tous les atouts dont elle dispose afin de soumettre à nouveau sa candidature pour l'obtention d'autres événements d'envergure. « Pour nous, ce n'est pas la fin. C'est plutôt le début d'autre chose et Sherbrooke aura l'occasion de poser à nouveau sa candidature très prochainement, j'en suis sûr ».

Interrogé sur les manifestations auxquelles Sherbrooke pourrait s'intéresser, le directeur d'Excellence sportive Sherbrooke, Jacques Petit, n'était pas en mesure d'en identifier pour le moment.

« Actuellement, le comité de planification des événements majeurs et Excellence sportive travaillent avec tous les gens du milieu. On va se remettre au travail. On avait un dossier exceptionnel. Maintenant il faudra regarder à nouveau ce qui se présente et ça se fera dans les prochaines semaines. »

Partager

À lire aussi

  • Luc Larochelle | <em>À la prochaine fois</em>

    Perspectives

    À la prochaine fois

    CHRONIQUE / C'est une non-nouvelle. Il était tout de même nécessaire de la rendre officielle. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer