Obama met les projecteurs sur la bibliothèque Haskell

Pour illustrer les liens qui unissent le Canada et les États-Unis, le président... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pour illustrer les liens qui unissent le Canada et les États-Unis, le président américain Barack Obama a fait mention d'un immeuble bien particulier situé à Stanstead, en Estrie.

Alain Larouche... (Archives La Tribune, Jessica Garneau) - image 1.0

Agrandir

Alain Larouche

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Jeudi, en accueillant le premier ministre Justin Trudeau lors d'une visite officielle, il a parlé de la bibliothèque Haskell dont le bâtiment  est située à cheval sur la frontière Canado-américaine.

Cette mention a fait réagir en Estrie. La fameuse bibliothèque se trouvant au Québec et au Vermont en même temps pourrait devenir un attrait touristique.

«Temple tranquille»

«Nous, ça fait trois décennies qu'on en présente l'intérêt, mais pas trop, pour ne pas briser le charme....», lance Alain Larouche, directeur de Tourisme Cantons-de-l'Est.

«Mais là, le président Obama va peut-être ébranler les colonnes du "temple tranquille". Mais on est prêt à les héberger quand ils se présenteront dans nos Cantons de l'Est!»

Marie-Claude Bibeau... (Photo tirée de Facebook) - image 2.0

Agrandir

Marie-Claude Bibeau

Photo tirée de Facebook

La ministre Bibeau invitée au dîner d'État

Sherbrooke et l'Estrie étaent représentées lors du chic dîner d'État offert par le président américain Barack Obama jeudi soir à Washington, en l'honneur du premier ministre canadien Justin Trudeau.

La députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, a dû revêtir sa robe longue, car elle était de la délégation canadienne à la Maison-Blanche. «Je suis honorée d'être à Washington aujourd'hui avec la délégation canadienne pour rencontrer nos homologues américains au déjeuner offert par le secrétaire d'État, John Kerry», a mentionné Mme Bibeau sur sa page Facebook.

Elle ajoute «avoir le privilège d'assister au dîner d'État en compagnie de notre premier ministre Justin Trudeau et du président des États-Unis, Barack Obama.»

Rappelons que la tenue du dîner d'État est historique. Il faut retourner 19 années en arrière pour voir un premier ministre canadien être invité à la table du président américain. En 1997, Jean Chrétien était l'invité de Bill Clinton.

Jeudi soir, Mme Bibeau, l'ancienne directrice du Musée des sciences et de la nature de Sherbrooke, était entourée de deux autres ministres libéraux québécois, soit Stéphane Dion (Affaires étrangères) et Mélanie Joly (Patrimoine canadien). Elle n'était pas accompagnée de son conjoint, Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke.

Une rare visite officielle

Le président américain Barack Obama a annoncé jeudi qu'il ferait un discours devant le Parlement lors de sa visite au Canada - qui coïncidera avec le sommet des dirigeants des trois pays de l'Amérique du Nord, prévu plus tard cette année.

M. Obama a fait cette annonce lors d'une longue conférence de presse conjointe avec le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qui faisait une rare visite officielle à Washington.

Le voyage du président américain au Canada se déroulera dans le cadre du sommet des «trois amigos», en juin prochain, auquel sera également convié le président du Mexique, Enrique Pena Nieto.

MM. Obama et Trudeau ont eu une rencontre privée en matinée dans le prestigieux bureau ovale de la Maison-Blanche. Ils ont notamment discuté des changements climatiques, de l'Arctique et de la frontière canado-américaine.

Les États-Unis ont annoncé plus tôt que les deux pays s'étaient déjà entendus pour diminuer les émissions de méthane de 40 à 45 pour cent, coordonner leurs politiques avec les Autochtones dans le développement du Nord et développer les énergies vertes.

Justin Trudeau et son épouse Sophie Grégoire-Trudeau ont été accueillis en grande pompe dans la capitale américaine, jeudi matin. Sous un soleil radieux, le couple a été salué chaleureusement par le président américain et son épouse, Michelle Obama.

Dans un discours d'une vingtaine de minutes, Barack Obama a rappelé qu'il y a 40 ans, un autre premier ministre canadien avait été reçu à Washington - Pierre Eliott Trudeau - pour porter le même message que son fils, que «les États-Unis étaient le plus grand ami et le plus grand allié du Canada».

«En raison de la géographie, les États-Unis et le Canada sont chanceux d'être voisins, et par choix, nous sommes des alliés inébranlables et les plus grands des amis», a-t-il déclaré.

Barack Obama a toutefois lancé dans une pointe d'humour que les deux pays ne s'entendraient jamais à savoir qui fait la meilleure bière ou qui est le meilleur au hockey. Il n'a pas manqué de souligner que l'équipe gagnante de la coupe Stanley était celle des Blackhawks de Chicago - sa ville d'origine.

Pour l'occasion, le président américain a dit quelques mots en français. Il a commencé son allocution en disant: «Bonjour» et il l'a conclue en affirmant qu'il était heureux de recevoir «mes amis», les Canadiens.

«Je n'ai jamais vu les Américains aussi excités de l'arrivée d'un premier ministre canadien», a-t-il affirmé.

Dans son discours, Justin Trudeau a dit qu'il n'y avait aucune relation semblable à celle qu'entretiennent le Canada et les États-Unis depuis des siècles. «Nous avons grandi ensemble», a-t-il affirmé.

«Nous avons fait face à plusieurs défis au cours de notre histoire commune, et bien que nous ayons été d'accord sur plusieurs choses et en désaccord sur d'autres, nous restons unis dans un objectif commun», a-t-il ajouté.

À la blague, le premier ministre canadien a souligné la contribution des «exportations canadiennes» -  les joueurs de hockey canadiens - dans l'équipe de Chicago.

Plus tard, le premier ministre Trudeau rencontrait des élus du Congrès américain.

Sa journée se terminait par un dîner d'État à la Maison-Blanche, une première en 19 ans pour un dirigeant canadien.

Sa visite de trois jours prendra fin vendredi. Il ira déposer une gerbe de fleurs au cimetière national d'Arlington, avant de livrer un discours et de finalement rencontrer des étudiants universitaires.

- Avec la Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer