Marie-Claude Bibeau invitée au dîner d'État de Barack Obama

Justin Trudeau et Barack Obama... (Photo PC)

Agrandir

Justin Trudeau et Barack Obama

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Sherbrooke et l'Estrie seront représentées lors du dîner d'État offert par le président américain Barack Obama jeudi soir à Washington en l'honneur du premier ministre canadien Justin Trudeau.

Marie-Claude Bibeau... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré) - image 1.0

Agrandir

Marie-Claude Bibeau

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

La députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, devra revêtir sa robe longue, car elle sera de la délégation canadienne à la Maison-Blanche.

«Je suis honorée d'être à Washington aujourd'hui avec la délégation canadienne pour rencontrer nos homologues américains au déjeuner offert par le secrétaire d'État, John Kerry», a mentionné Mme Bibeau sur sa page Facebook.

Elle ajoute «avoir le privilège d'assister au dîner d'État en compagnie de notre premier ministre Justin Trudeau et du président des États-Unis, Barack Obama.»

Rappelons que la tenue du dîner d'État est historique. Il faut remonter à 19 ans avant qu'un premier ministre canadien soit invité à la table du président américain. En 1997, Jean Chrétien était l'invité de Bill Clinton.

Jeudi soir, Mme Bibeau, l'ancienne directrice du Musée des sciences et de la nature de Sherbrooke, sera entourée de deux autres ministres libéraux québécois, soit Stéphane Dion (Affaires étrangères) et Mélanie Joly (Patrimoine canadien).

Elle ne sera pas accompagnée de son conjoint, Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke.

En grande pompe

Le président américain Barack Obama a souhaité la bienvenue au premier ministre canadien Justin Trudeau en grande pompe, jeudi, en soulignant que leurs deux pays étaient les plus grands des amis - même s'ils ne s'entendront jamais à savoir qui fait la meilleure bière ou qui est le meilleur au hockey.

Justin Trudeau et son épouse Sophie Grégoire-Trudeau sont arrivés sous un soleil radieux, en matinée, sur le parterre de la Maison-Blanche. Ils ont été accueillis par le président américain et son épouse, Michelle.

Dans un discours d'une vingtaine de minutes, Barack Obama a rappelé qu'il y a 40 ans, un autre premier ministre canadien avait été reçu à Washington - Pierre Eliott Trudeau - pour porter le même message que son fils, que «les États-Unis étaient le plus grand ami et le plus grand allié du Canada».

M. Obama a reconnu que les Américains n'exprimaient que rarement leur appréciation à l'endroit de leurs voisins du Nord. «Je n'ai jamais vu les Américains aussi excités de l'arrivée d'un premier ministre canadien», a-t-il ajouté.

Pour l'occasion, le président américain a dit quelques mots en français. Il a commencé son allocution en disant: «Bonjour» et il l'a conclue en affirmant qu'il était heureux de recevoir «mes amis», les Canadiens.

Dans son discours, Justin Trudeau a dit qu'il n'y avait aucune relation semblable à celle qu'entretiennent le Canada et les États-Unis depuis des siècles. «Nous avons grandi ensemble», a-t-il affirmé.

En français, M. Trudeau a indiqué qu'il discuterait avec le président de plusieurs dossiers importants pour les deux pays, dont les changements climatiques, la sécurité et les échanges commerciaux.

À la blague, le premier ministre canadien a souligné la contribution des «exportations canadiennes» - les joueurs de hockey canadiens - dans l'équipe des Blackhawks de Chicago, qui a remporté la dernière Coupe Stanley.

Des centaines de personnes étaient réunies devant la Maison-Blanche pour assister à la cérémonie protocolaire et plusieurs dignitaires étaient présents, dont le secrétaire d'État John Kerry et la conseillère à la sécurité nationale Susan Rice.

Justin Trudeau et Barack Obama se dirigeaient ensuite vers le prestigieux bureau ovale de la Maison-Blanche, où ils auront une rencontre en tête-à-tête. Une conférence de presse conjointe aura lieu en fin d'avant-midi.

Une touche de whisky canadien

Le meilleur des denrées alimentaires du printemps américain, avec une touche de whisky canadien, sera à l'honneur au menu du dîner d'État de jeudi soir pour marquer la première visite du premier ministre Justin Trudeau à la Maison-Blanche.

La première entrée sera composée de «casseroles» de flétan de l'Alaska avec des cèpes, des filaments de délicates asperges, des chanterelles, des oignons miniatures et du beurre aux fines herbes. Celles-ci proviendront du jardin de la première dame Michelle Obama à la Maison-Blanche.

Le menu indique que le repas présentera des ingrédients du nord-ouest du Pacifique à la côte atlantique.

Il se veut un hommage au printemps qui approche et mettra en valeur des éléments de la saison et le meilleur des fermes et des océans de l'Amérique, ont déclaré le chef exécutif de la Maison-Blanche Cris Comerford et la pâtissière exécutive Susie Morrison.

La seconde entrée, une salade, mettra en valeur un fromage de la Virginie.

Le plat principal consistera en un agneau du Colorado à croûte d'herbes, des pommes de terre dauphinoises Yukon Gold et des légumes de printemps sautés.

«Comme touche finale, ce plat sera arrosé d'un filet de whisky canadien Yukon Jack», est-il écrit dans le menu.

Le thème printanier se poursuivra au dessert alors que les chefs planifient servir un gâteau érable et pacanes, une gaufrette de graines de cacao et de la crème glacée avec un tourbillon de caramel écossais. Les pacanes sont du Texas et le sirop d'érable, de la Nouvelle-Angleterre.

Il y aura aussi une sculpture de sucre faite à la main appelée «Vue du haut de la montagne». Le menu précise qu'elle «est inspirée par la splendeur des Rocheuses, qui s'étendent du Nouveau-Mexique jusqu'au Canada».

La visite de Justin Trudeau marque la 11e visite d'État ou visite officielle de la présidence de Barack Obama mais il s'agit de la première d'un Canadien en 19 ans.

Le repas sera servi dans la salle Est de la Maison-Blanche et sera suivi par une performance de la chanteuse et écrivaine Sara Bareilles, qui a été cinq fois en nomination pour un prix Grammy.

Le thème floral a été réalisé par le concepteur floral en chef de la Maison-Blanche, et reflète aussi le printemps.

- Avec la Presse Canadienen

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer