• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Changer le comportement des couples pour atteindre l'égalité économique 

Changer le comportement des couples pour atteindre l'égalité économique

Mariame Cissé et Yacine Thiam ont profité de... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Mariame Cissé et Yacine Thiam ont profité de la Journée internationale de la femme pour tenir un point de presse et dévoiler les résultats d'un sondage mené auprès des Estriens. Le sondage visait à comparer la situation financière des femmes et des hommes de la région pour ensuite élaborer un plan d'actions concertées pour prévenir l'appauvrissement des femmes en générale.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les femmes et les hommes ont des comportements financiers différents dans le couple. Les femmes sont plus souvent responsables des dépenses en biens périssables tels que l'épicerie et l'achat de vêtements. De leur côté, les hommes s'occupent davantage des achats de biens durables tels que la maison ou la voiture. Cette situation fragilise les femmes en cas, notamment, de séparation, car les actifs de grande valeur sont souvent au nom de Monsieur.

Voilà un des constats d'une étude menée par la Fédération des communautés culturelles de l'Estrie (FCCE) dans le cadre du projet Collaborer pour améliorer la préparation financière des femmes. L'évaluation de la réalité économique des femmes estriennes et l'identification des besoins pour améliorer leur situation étaient les premières étapes de ce projet. Les résultats ont été dévoilés, hier, en marge de la Journée internationale de la femme.

« L'objectif général du projet est de favoriser un changement dans les attitudes et les normes entourant le comportement financier des femmes en vue d'atteindre l'égalité économique », résume la chargée de projet Yacine Thiam.

Parmi les autres constats qui ressortent de l'étude, la FCCE note que les femmes estriennes ont un revenu moins élevé que les hommes. Et les femmes immigrantes ont un revenu moins élevé que les femmes de la société d'accueil.

« Aussi, les femmes s'intéressent davantage aux questions de budget, d'assurances, d'endettement et de crédit d'impôt. Elles sont plus dans une logique de gestion et de planification. Alors que les hommes s'intéressent plus à l'emprunt, à l'épargne, aux placements et à l'information financière. Ils sont plus dans une logique d'acquisition et de fructification », précise Mme Thiam.

De plus, 60 pour cent des femmes ayant répondu au sondage sont en couple contre 82 pour cent des hommes. Et 60 pour cent de ces femmes sont conjointes de fait contre seulement 37 pour cent des hommes.

Le projet de la FCCE est financé par la Condition féminine du Canada. Un financement de 160 000 $ a été octroyé pour ce projet qui s'étale sur deux ans.

« Il s'agit d'un des deux projets financés par l'organisme en 2015 au Québec. C'est un grand geste de confiance envers la FCCE », précise la coordonnatrice du projet Mariame Cissé.

« Dans un premier temps, nous avons procédé à l'évaluation comparative de plus de 200 femmes et hommes de l'Estrie. Puis nous avons élaboré des ateliers, avec une vingtaine de partenaires financiers, pour aider les femmes à acquérir plus de connaissances et de compétences dans le domaine financier », explique Mme Thiam.

Treize ateliers seront offerts gratuitement entre avril et novembre 2016. Ils s'adressent à l'ensemble des Estriennes, immigrantes ou non. Solutions Budget Plus, l'ACEF Estrie, Financière Sun Life, Desjardins figurent parmi les partenaires stratégiques ayant participé à l'élaboration des ateliers.

Le premier atelier intitulé Comment mettre en place de saines habitudes de consommation aura lieu le 13 avril de 18 h à 20 h au 79 rue Wellington Nord, bureau 202. Pour plus de détails, contactez la FCCE au 819 823-0841.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer