Prix de l'essence : toujours plus élevé ici qu'ailleurs

Dans son rapport annuel publié lundi, le CAA-Québec... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Dans son rapport annuel publié lundi, le CAA-Québec établit à 1,12 $ le litre la moyenne du prix de l'essence à Sherbrooke en 2015, contre 1,08 $ au Centre-du-Québec, 1,09 $ à Québec et 1,11 $ dans les Laurentides.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Même si les marges de profit et le prix du litre d'essence ont baissé en 2015 par rapport à l'année précédente, il faut encore sortir un peu plus d'argent qu'ailleurs quand vient le temps de faire le plein à Sherbrooke.

La moyenne des prix calculée par le CAA-Québec dans son rapport annuel de 2015 se situait à 1,12 $ le litre à Sherbrooke. En comparaison, celle de la ville de Québec se situait à 1,09 $ le litre. Il est à 1,11$ dans les Laurentides et à 1,08 $ au Centre-du-Québec.

En 2015, le prix le plus élevé pour acheter un litre de carburant en 2015 à Sherbrooke a été 1,24 $.

Sur 248 jours ouvrables, le prix affiché a été durant 113 jours plus élevé que le « prix réaliste » estimé par le CAA-Québec.

En matière de prix de l'essence, Sherbrooke peut porter le nom de la capitale de la stabilité. Dans son étude, le CAA-Québec déplore encore une fois que les prix ne fluctuent que très rarement dans la région.

À Sherbrooke, même si la marge au détail a fondu de 18 pour cent (6,2 %) par rapport à 2014, « la région demeure encore aux prises avec des périodes de stabilité des prix à la pompe qui désavantagent généralement les automobilistes », souligne-t-on.

À Québec, on a enregistré une baisse de 20 pour cent de la marge de profit par litre vendu. D'ailleurs, 10 des 17 régions du Québec ont vu cette marge au détail diminuer ou demeurer stable au cours de l'année.

Au Centre-du-Québec, région réputée pour offrir des meilleurs prix qu'en Estrie, le prix moyen à la pompe s'est situé 1,08 $ le litre. Il était de 1,30 $ en 2014. Cette même année, le prix moyen en Estrie a été de 1,11 $ en 2015, énormément moins que les 1,34 $ en moyenne observés en 2014.

« Encore une fois en arrière »

« Nous sommes encore une fois en arrière de tout le monde en ce qui concerne les prix de l'essence », constate avec amertume le président de la Chambre de commerce de Sherbrooke, Bruno Lavoie. « C'est rendu que l'essence est moins chère à Magog qu'à Sherbrooke. »

« Ça va devenir une habitude bien ancrée pour les automobilistes de faire le plein ailleurs, comme à Granby et Drummondville quand ils voyagent à l'extérieur de la région. Des prix plus élevés, ça n'encourage pas à faire le plein ici. C'est encore de la fuite commerciale. »

M. Lavoie identifie difficilement des solutions. « Plusieurs espèrent l'installation de pompes à essence par Costco. Ça amènerait de la compétition », avance-t-il.

« Mais est-ce que ça aurait le même effet à Sherbrooke qu'à Drummondville? Est-ce qu'il faudrait en venir à nationaliser l'industrie? Que le gouvernement en vienne à fixer les prix de l'essence? Moi-même, il m'arrive de faire le plein ailleurs que dans ma région. »

Moins cher aux États-Unis

Dans sa compilation publiée lundi, le CAA-Québec fait état d'une baisse moyenne du prix de l'essence pour la province de 16 pour cent par rapport à 2014.

Ainsi, illustre l'organisme, le propriétaire d'une compacte Honda Civic 2014 ayant parcouru 20 000 km a épargné plus de 300 $ en 2015 par rapport à 2014.

Les automobilistes québécois n'ont cependant pas eu droit aux mêmes baisses que ceux des États-Unis. En début de semaine, le prix moyen d'un gallon d'essence ordinaire s'établissait aux États-Unis à 1,749 $ US, soit 62 cents CAN/litre.

Le baril de pétrole brut raffiné au Québec a perdu près de 50 pour cent de sa valeur en 2015, avec un prix moyen de 52 $. La marge de raffinage a toutefois flirté avec les 20 cents/litre, soit une augmentation de 67 pour cent par rapport à 2014 à cause de la faiblesse du dollar canadien.

Le CAA-Québec a constaté, par ailleurs, que 11 des 17 augmentations observées un vendredi à Montréal en 2015 étaient démesurées et sans fondement.

Avec La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer