Climat tendu au centre de détention

Ils étaient une quarantaine à manifester devant le... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Ils étaient une quarantaine à manifester devant le centre de détention de Sherbrooke, jeudi, dans l'espoir d'améliorer leurs conditions de travail, notamment en matière de santé et de sécurité.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Les agents de la paix en services correctionnels du centre de détention de Sherbrooke ont manifesté jeudi midi pour dénoncer la lenteur des négociations pour le renouvellement de leur convention collective. Ils déplorent notamment des problèmes en santé et sécurité et le président du syndicat national exige une rencontre avec le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux pour en discuter.

Ils étaient une quarantaine réunis dans le stationnement du centre de détention pendant que Mathieu Lavoie, président national du syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec, rappelait que leur contrat de travail est échu depuis presque un an.

« Nous déplorons la lenteur des négociations et le fait que nous soyons assassinés sur des idéologies. On est assassinés sur un des points en litige qui est la santé et sécurité, alors que pour nous c'est primordial dans le contexte où on travaille avec une clientèle qui n'est pas facile, qui n'est pas la crème de la société. La clientèle qu'on a, si elle est à l'intérieur des murs, c'est qu'on a jugé qu'elle était dangereuse pour la société. Or, on voit que l'employeur n'a aucune préoccupation sur la santé et la sécurité de ses travailleurs, n'a aucune préoccupation sur la sécurité des établissements. Bien souvent on est obligés de faire appel à la CSST pour avoir des effectifs additionnels et faire face à la surpopulation qu'on vit », commente M. Lavoie.

« Actuellement, nos établissements sont surpeuplés. On manque de main-d'oeuvre parce que depuis un an on est en gel d'effectifs pour faire face à l'austérité. Nous n'avons aucune réponse et nous ne sentons aucune ouverture. Nous ne sentons pas d'ouverture non plus de notre nouveau ministre (NDLR : Martin Coiteux), que nous attendons de rencontrer et dont nous n'avons aucune nouvelle. »

Surpopulation

Mathieu Lavoie note que l'absentéisme est élevé au travail. « La surpopulation des établissements fait qu'il y a une tension additionnelle dans les secteurs. Ça présente un risque pour leur sécurité, mais aussi un risque pour la population. Rappelons-nous qu'il n'y a pas si longtemps, il y a eu une évasion en hélicoptère. Dans le fond, il n'y a rien encore de changé. La même chose pourrait arriver. »

M. Lavoie rapporte que les deux cas de harcèlement dont auraient été victimes des agentes correctionnelles et dont TVA Nouvelles faisait état ne sont peut-être pas étrangers au déficit de moyens en santé et sécurité au travail. TVA Nouvelles rapportait en février que le ministère de la Sécurité publique enquête sur la direction du centre de détention de Sherbrooke pour des événements qui se seraient déroulés sur une période de trois ans.

« Les cas de harcèlement et d'intimidation dans notre milieu, nous en avons à peu près une vingtaine sous enquête en province. Oui il y a une réalité que le climat organisationnel n'est pas bon pour différentes raisons. Le manque d'effectifs peut en faire partie. On voit que l'employeur n'est pas actif à gérer les conflits entre le personnel. Il n'a pas les compétences ou les préoccupations pour les gérer parce qu'il est occupé à gérer des crises ici et là. »

« Actuellement on est sur la corde raide. Des fois on dit qu'il faut couper dans le gras, nous sommes plutôt rendus à scier l'os », illustre encore Mathieu Lavoie.

Le centre de détention de Sherbrooke compte 125 agents de la paix. Ils sont 2800 pour l'ensemble du Québec.

Le président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie Denis Beaudin était aussi de la manifestation. Il a fait part de son inquiétude. « Il faut absolument faire un effort supplémentaire pour obtenir des clauses qui concernent la protection des employés. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer