Les Ryan ne peuvent rentrer chez eux

Les travaux de déblaiement de l'entrée menant à... (Collaboration spéciale, Photo hélico)

Agrandir

Les travaux de déblaiement de l'entrée menant à la propriété de Kevin Ryan ont créé des murs de glace de plus de trois mètres de hauteur, révélant l'ampleur du sinistre et la situation précaire dans laquelle se trouve toujours la famille Ryan.

Collaboration spéciale, Photo hélico

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Malgré les travaux de déblaiement effectués sur le chemin menant à la demeure de Kevin Ryan afin de dégager l'entrée de l'épaisse couche de glace, la famille ne pourra réintégrer son domicile à court terme. Du moins d'ici vendredi, date à laquelle la Ville de Waterville devrait statuer si elle autorise ou non la famille Ryan à occuper la demeure.

« Si on doit leur venir en aide, que ça soit pour un feu par exemple, il faut pouvoir se rendre au domicile et c'est la problématique à laquelle nous faisons face présentement », explique Nathalie Dupuis, mairesse de Waterville.

La maison est emprisonnée par les glaces depuis vendredi dernier à la suite des pluies abondantes et les embâcles qui ont suivi. Bien que les occupants aient pu évacuer la résidence en marchant sur les glaces, M. Ryan tentait de rétablir la situation afin que sa famille puisse regagner son domicile avant le retour en classe la semaine prochaine, notamment en tentant de remettre en état le puits artésien arraché par les glaces.

Des représentants de la Sécurité civile étaient d'ailleurs sur place ce mardi afin d'évaluer l'état des lieux. « Nous devrions recevoir une certaine compensation, mais il y a tellement de glace, qu'il est impossible d'inspecter les fondations, explique Kevin Ryan. Habituellement le constat des dommages doit être fait dans un délai de 30 jours après le sinistre, mais ça pourrait prendre jusqu'à deux mois avant qu'on soit débarrassé de la glace. L'important c'est que notre dossier est ouvert, mais je n'ai aucune idée quand nous verrons le bout de ce qui nous est arrivé. »

La Sécurité publique avisée trois fois

« Pour notre part nous avions avisé la Sécurité publique par trois fois depuis le début de février, mais je ne pense pas qu'on ait envoyé quelqu'un. Peut-être aurions-nous pu éviter certaines choses en débloquant les glaces en amont, questionne M. Ryan. Mais il faut dire que la fluctuation des températures est vraiment exceptionnelle cette année. »

Réuni lundi soir pour la rencontre de travail mensuelle, le conseil municipal de Waterville en a profité pour faire le bilan de la situation. « Il doit effectivement y avoir une réflexion de la part du conseil, car cette situation risque de se reproduire de plus en plus souvent, confie Nathalie Dupuis. Nous allons d'abord prendre du recul et tenter de tirer des choses au clair avec la Sécurité publique. Il y a un historique derrière tout ça, mais il y a des bouts qui nous échappent. »

« Je pense que la leçon à retenir c'est que le climat change et qu'il va changer de façon de plus en plus drastique dans les années à venir, soutient Kevin Ryan. Il va falloir qu'on se réveille et que ça vienne de tout le monde. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer