Inondations : six municipalités admissibles à une aide financière

Les membres de la famille de Kevin Ryan... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Les membres de la famille de Kevin Ryan présents au moment du sinistre ont pu évacuer les lieux vendredi dernier en marchant sur les glaces, alors qu'une pelle mécanique dépêchée par la Ville de Waterville tentait de dégager l'entrée.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COATICOOK) À la suite des inondations survenues les 25 et 26 février derniers, six municipalités ont été rendues admissibles au Programme général d'aide financière lors de sinistres réels ou imminents. Ces municipalités sont : Beauceville, Compton, Saint-Ludger, Sainte-Cécile-de-Milton, Waterville et Wickham.

À Waterville, la résidence de Kevin Ryan s'est... (Spectre Média, René Marquis) - image 1.0

Agrandir

À Waterville, la résidence de Kevin Ryan s'est retrouvée cernée par des milliers de tonnes de glace. 

Spectre Média, René Marquis

« La situation provoquée par les inondations qui ont eu lieu au cours des dernières heures dans plusieurs secteurs du Québec nécessite une intervention rapide de la part du gouvernement et de ses partenaires. C'est la raison pour laquelle j'ai accordé sans délai une aide financière aux municipalités et aux citoyens touchés. Je souhaite que ce soutien financier les aide à réparer rapidement les dommages causés par les embâcles et la crue des eaux occasionnés par la hausse des températures et les fortes pluies qui ont touché plusieurs régions du Québec », a mentionné Martin Coiteux, ministre de la Sécurité publique.

Rappelons qu'à Waterville, la résidence la famille de Kevin Ryan s'est retrouvée cernée par des milliers de tonnes de glace. Les membres de la famille présents au moment du sinistre ont pu évacuer les lieux vendredi dernier en marchant sur les glaces, alors qu'une pelle mécanique dépêchée par la Ville de Waterville tentait de dégager l'entrée. Selon le directeur général François Fréchette, les travaux de déblaiement devraient être achevés ce lundi.

« On m'a informé que des inspecteurs de la Sécurité publique viendraient sur les lieux en début de semaine afin d'évaluer la situation, mais je ne peux pas attendre que quelqu'un vienne me dire quoi faire, déclare M. Ryan. Je ne veux pas me retrouver dans une situation où mon puits sera gelé pour le reste de l'hiver. » Rappelons que le puits artésien avait été arraché par les glaces, privant la demeure d'eau courante.

« Je prends des actions tout de suite et on verra bien s'il ressort quelque chose à la fin de tout ça. On est sept personnes à vivre ici et il faut prévoir le retour à la normale suivant la semaine de relâche. Ce qu'on souhaite, c'est qu'il n'y ait pas d'autres pluies abondantes et de risques d'inondation d'ici le printemps. »

Le cas échéant, le Service incendie de Waterville maintient une communication étroite avec la famille Ryan. « En tout temps lorsque l'eau commence à monter, nous sommes prêts à agir et cette fois-ci n'a pas fait exception à la règle », affirme la mairesse Nathalie Dupuis.

Par ailleurs, l'arrêté ministériel fera peu de remous à Compton, notamment parce que les zones inondées étaient principalement constituées de terres agricoles. « Jusqu'à maintenant nous n'avons pas reçu de demandes de citoyens qui auraient été sinistrés », confirme Martine Carrier, directrice générale par intérim à la Municipalité de Compton.

Le Programme général d'aide financière lors de sinistres réels ou imminents constitue une aide de dernier recours, notamment pour réparer certains dommages aux résidences principales et aux infrastructures municipales essentielles qui ne peuvent être couverts par une assurance.

Peu de dégâts à St-Ludger... mais des dommages importants

À Saint-Ludger, le seul résidant dont la propriété a été inondée est Richard Mathieu, du 354 Chemin du Domaine, non loin du Camping des deux rivières. Les dommages sont tout de même importants : les bâtiments secondaires, soient le garage et la remise, sont une perte totale. Les glaces de la rivière Chaudière ont entouré sa maison. L'eau et la vase sont entrées dans sa demeure. « Je n'ai pas de sous-sol, ma maison est bâtie sur un plancher de ciment. J'avais quatre pouces d'eau à l'intérieur, avec trois pieds de glaces à l'extérieur, qui venaient cogner dans ma porte patio... Mon évaluateur sort tout juste de chez moi, l'évaluateur du gouvernement viendra demain (mardi). Mes bâtiments secondaires sont une perte totale, un garage et une remise, d'environ 50 000 $. Les armoires en mélamine stratifiée sont finies dans la maison, c'est majeur. L'espace réservé à la plomberie, sous les armoires, a été soulevé par endroits. Il y a plein de champignons, il faut remplacer par des matériaux secs. La Sécurité civile ne voulait pas qu'on couche ici. Nous avons été chanceux de pouvoir sortir d'ici sans être blessés. Le plus démoralisant, c'est de voir les amoncellements de glace, notre moral est à terre! » a avoué M. Mathieu au téléphone.La Municipalité de Saint-Ludger, dans la région de Mégantic, bien qu'admissible au programme d'aide, ne procédera pas à une réclamation, puisqu'elle n'a pas subi directement de dommages à la suite des inondations. Certains de ses employés se sont rendus sur les lieux où la rivière Chaudière a inondé au moins une propriété, d'un résidant ludgérois. Cependant, les dépenses engagées n'atteindraient nullement le seuil à débourser par la Municipalité pour obtenir de l'aide par le biais du programme gouvernemental. Avec Ronald Martel

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer