La Saint-François menace

« Il faut demeurer vigilant parce que s'il... (Spectre, Jessica Garneau)

Agrandir

« Il faut demeurer vigilant parce que s'il y a un embâcle à Brompton, les niveaux d'eau vont varier rapidement», explique le coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke Stéphane Simoneau.

Spectre, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Si certaines rivières ont commencé à déborder en Estrie notamment à Coaticook, la situation demeure sous contrôle à Sherbrooke même si l'équipe des mesures d'urgence est passée en état de veille.

Le niveau de la rivière Saint-François s'est maintenu entre 15 et 16 pieds toute la journée, jeudi.

« On constate que la rivière Saint-François s'est libérée de la glace. L'eau va pouvoir circuler plus librement. Il faut demeurer vigilant parce que s'il y a un embâcle à Brompton, les niveaux d'eau vont varier rapidement », explique le coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke Stéphane Simoneau.

Quatre sondes électroniques ont été installées à Sherbrooke. Ces sondes sont reliées à une dizaine d'autres situées partout sur le bassin versant de la Saint-François où le volume de chacune des rivières en temps réel de même que les débits prévus sont colligés.

« Nous pouvons faire des modèles de prévision d'écoulement d'eau et prévoir des journées à l'avance les problèmes qui peuvent survenir. Il y a 40 heures, nous savions que nous ferions face à la situation qui se présente actuellement. Les informations météorologiques sont combinées aux données hydrologiques, comme l'écoulement, le ruissellement et la fonte des neiges », mentionne Stéphane Simoneau.

Le processus de veille a été enclenché à Sherbrooke à 6 h jeudi matin, alors que la rivière Saint-François a atteint 13 pieds au centre-ville.

« Ce processus enclenche une surveillance des niveaux de la rivière. Il y a une préparation à faire à chacun des niveaux. Des actions sont posées en prévision d'un débordement. Ce n'est qu'à 18 pieds qu'un automate contacte les commerces et résidents situés en bordure de la rivière Saint-François pour les préavis. Il y a des phases où les pompiers et policiers font évacuer les gens à partir de 20, 21 et 22 pieds. Nous sommes mobilisés pratiquement chaque année pour des inondations, alors la récurrence fait la compétence. Nous devenons habitués à réagir à de telles situations », mentionne le coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Sherbrooke.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer