Superclinique : laissons le CCU travailler, dit le maire

Bernard Sévigny laisse le Comité consultatif d'urbanisme étudier... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Bernard Sévigny laisse le Comité consultatif d'urbanisme étudier le dossier de l'implantation d'une superclinique médicale dans le secteur de l'intersection de la rue King Ouest et de l'autoroute 410.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Bernard Sévigny n'a pas l'intention de s'immiscer dans deux dossiers chauds qui meublent l'actualité de sa ville depuis quelques semaines.

D'une part, le maire de Sherbrooke laisse le Comité consultatif d'urbanisme (CCU) étudier le dossier de l'implantation d'une superclinique médicale dans le secteur de l'intersection de la rue King Ouest et de l'autoroute 410.

Rappelons que le promoteur Immex propose de construire un second édifice sur le site de l'ancien centre de distribution de la compagnie BRP pour recevoir le volet santé du projet de développement. On garderait ainsi le volet industriel du bâtiment principal, comme le souhaite notamment Sherbrooke Innopole.

Même si on peut penser que M. Sévigny a une opinion à ce sujet, il préfère la garder pour lui. « Il faut savoir qu'il y a des citoyens et des élus sur le CCU. Les élus peuvent vivre avec de la pression, mais ce n'est pas souhaitable pour les citoyens qui siègent sur le comité », analyse-t-il.

« C'est pour cela que je veux les laisser travailler. Je suis surpris de voir que la nouvelle du deuxième bâtiment soit sortie dans les médias à ce stade-ci. »

Costco

Concernant le projet de déménagement du magasin Costco de Sherbrooke, M. Sévigny ne veut pas non plus se prononcer. Il le ferait si un véritable projet était sur la table. Du travail « en amont » a présentement lieu, mais le « dossier n'est pas déposé », assure-t-il.

« J'ai rencontré les gens de Costco en janvier et ils m'ont clairement dit qu'ils voulaient sortir de là (l'emplacement du magasin sur la rue King Ouest). Leur modèle d'affaires comporte maintenant des pompes à essence. C'est clair. »

« On a parlé de différents endroits, comme le Plateau Saint-Joseph ou l'ancien Réno Dépôt. Mais on ne sait pas exactement où. Nous devons avoir une véritable demande avant de commenter sur la place publique. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer