Un centre de jour réclamé

Selon la directrice générale de la Coalition sherbrookoise... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Selon la directrice générale de la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue, Chantal Fortier, il ne faut plus se poser la question si Sherbrooke a les moyens d'avoir un centre de jour, mais est-ce que le milieu a les moyens de ne pas en avoir.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La rue lance un cri d'alarme et réclame un centre de jour à Sherbrooke.

La Coalition sherbrookoise pour le travail de rue monte au créneau pour ces personnes isolées et à risque d'itinérance en lançant au milieu le projet de mettre en place un centre de jour au centre-ville de Sherbrooke.

« C'est un cri d'alarme que nous lançons. Il faut passer à l'action. Nous en appelons à la concertation du milieu de mettre en place cette idée de centre de jour. Cette initiative pourrait être une alternative positive qui pourrait se faire à moindre coût que lorsque ces personnes se retrouvent à l'hôpital, arrêtées par les policiers ou prises en charge par le système judiciaire. La réussite d'un plan d'action commun pour qu'un tel centre voie le jour se mesurera au niveau de l'engagement des personnes, groupes, institutions, associations, organismes gouvernementaux et entreprises privées qui vont se mobiliser pour offrir un milieu de vie aux plus souffrants », explique la directrice générale de la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue, Chantal Fortier.

Selon elle, il ne faut plus se poser la question si Sherbrooke a les moyens d'avoir un centre de jour, mais plutôt est-ce que le milieu a les moyens de ne pas en avoir.

« Il y a un besoin pour les personnes du centre-ville d'avoir un lieu de rassemblement, un lieu de projets. Nous avons le désir de rassembler ces gens, pour faire entendre leur voix. Nous souhaitons que le comité centre-ville devienne une table de quartier. Nous voulons monter tous ensemble un échéancier. Ça prend un lieu de rassemblement, un lieu d'accueil et d'écoute où il y a de place pour mettre en place des idées, un milieu de vie », explique la travailleuse de rue, Mylène Richer.

« C'est un lieu physique sécuritaire, où une personne pourrait avoir accès à un ordinateur, un téléphone, à un intervenant ou même répondre à des besoins de base comme faire son lavage ou prendre une douche », ajoute une autre intervenante de la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue, Andréa Verreault.

Les projets ne manquent pas pour les éventuels utilisateurs du centre de jour du centre-ville de Sherbrooke.

« C'est un endroit où il y aurait une dynamique où des choses pourraient se passer. Un local pour faire la musique, jouer aux cartes, se réunir finalement. Un endroit où l'on peut se regrouper lorsqu'il fait froid. Pour l'instant, nous n'avons pas d'endroit où aller. Il faut rester dans la rue, demander des permis à la Ville pour jouer de la musique. Nous voulons avoir un endroit afin de pouvoir réaliser nos projets. Nous pourrions y faire de la bouffe, préparer un spectacle ou même chercher un emploi. Tu penses à quelque chose, mais l'idée reste dans un vide. Rester à ne rien faire est très difficile. Au lieu de réaliser les projets, les gens prennent une brosse, se piquent ou prennent de la dope. Je veux juste avoir quelque chose à faire qui va être utile pour les autres et utile pour moi », soutient Gaétan, un résidant du centre-ville de Sherbrooke.

La directrice de la santé publique en Estrie, la Dre Mélissa Généreux confirme que les besoins sont importants et ce type de clientèle est souvent aux prises avec des problèmes de santé mentale. Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS est ouvert à regarder comment réaffecter des ressources dans le cadre d'un tel projet de centre de jour.

« Il y a peut-être une certaine réaffectation de nos ressources qui pourrait être faite. Un tel projet pourrait avoir un impact positif sur les visites aux urgences ce qui entraînerait une certaine économie (...) L'expérience montre que les projets qui vont perdurer dans le temps émanent de l'ensemble de la communauté. Si tout le monde met l'épaule à la roue, le projet peut durer plus longtemps », soutient Dre Mélissa Généreux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer