Éliminer les obstacles grâce à la formation en ligne

La Commission scolaire des Sommets offre maintenant de... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

La Commission scolaire des Sommets offre maintenant de la formation en ligne en formation professionnelle et en formation générale aux adultes (FGA). Sur la photo, Isabelle Boucher enseignante et coordonnatrice de la formation en ligne à la FP à la CSS et en arrière-plan une élève de Trois-Rivières, Nathalie Gagnon.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Bien installée chez elle à Trois-Rivières, Nathalie Gagnon s'entretient avec son professeur... qui lui enseigne de Windsor, au Centre d'excellence en formation industrielle (CEFI). À 48 ans, la Trifluvienne ne se voyait pas retourner en classe. L'ancienne coiffeuse a néanmoins entrepris une réorientation professionnelle grâce à une formation en ligne offerte par la Commission scolaire des Sommets (CSS).

Des histoires comme celles-là, on en trouve plusieurs à la CSS, une des rares commissions scolaires à offrir de la formation en ligne.

« Avant, j'étais coiffeuse. Je me suis blessée à l'épaule et je ne pouvais plus faire mon métier. La comptabilité m'a toujours intéressée, par contre je ne me sentais peut-être pas prête à aller à l'école à l'âge où je suis rendue. Je me suis renseignée et j'ai vu qu'il y avait de la formation en ligne. Je me disais que ce serait plus pratique de faire ça à la maison », raconte Nathalie Gagnon. « Je me disais que ce serait moins gênant de poser des questions. »

« Ça s'adresse à tout le monde », indique Isabelle Boucher, enseignante et coordonnatrice de la formation en ligne à la FP à la CSS. « On se retrouve avec une clientèle plus particulière : ce sont des élèves qui n'ont pas les conditions pour aller en classe », dit-elle en citant par exemple l'histoire d'une mère de quatre enfants qui est veuve. « On a aussi eu une élève agoraphobe. Être dans une classe, c'était plus difficile. On a aussi une jeune maman en congé de maternité. C'est vraiment varié... »

« Beaucoup de gens veulent retourner aux études. Certains veulent jumeler le travail et les études. Il y a une flexibilité en ligne qu'on n'a pas en classe », commente Mme Boucher, qui précise que les présences sont prises.

À quoi ressemble la formation en ligne? Ceux qui connaissent Skype peuvent s'imaginer un peu la scène : le professeur peut s'entretenir virtuellement avec ses élèves directement devant son écran d'ordinateur, alors que ceux-ci apparaissent dans une fenêtre. Au besoin, par exemple pour réaliser un exercice, il peut prendre le contrôle de l'ordinateur de son élève. « Il y a un enseignement plus personnalisé lié au fait qu'on a moins d'élèves. On a fixé le seuil à 16 élèves », précise Mme Boucher, qui précise que les enseignants développent une relation avec leurs élèves, même à distance. « On est les seuls à offrir cela en région », souligne-t-elle.

Les élèves inscrits à ce type de formation à la CSS habitent différentes municipalités de la province, comme St-Jean-sur-Richelieu en Montérégie et Lac-des-Écorces, dans les Laurentides. Les examens, eux, ont lieu dans les centres de formation professionnelle situés près du lieu de résidence des élèves. « J'envoie l'examen, il me le retransmet, je le corrige », illustre Mme Boucher.

Même si certains ont des craintes en raison de l'omniprésence de l'informatique dans les cours, les élèves en viennent à très bien maîtriser leur ordinateur. « Ils sont une coche au-dessus! lance-t-elle. On est toujours en ligne. »

« C'est un peu l'avenir au Québec. On s'en va beaucoup vers ça », estime Isabelle Boucher.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer