Les relations humaines à travers le mouvement

Le chorégraphe Victor Quijada et sa troupe de... (Photo fournie)

Agrandir

Le chorégraphe Victor Quijada et sa troupe de danseurs du RUBBERBANDance s'amènent au Théâtre Centennial pour présenter Quotient empirique, une oeuvre tissée des contradictions et de l'évolution des relations humaines à travers les mouvements corporels.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) Le chorégraphe Victor Quijada et sa troupe de danseurs du RUBBERBANDance s'amènent au Théâtre Centennial pour présenter Quotient empirique, une oeuvre tissée des contradictions et de l'évolution des relations humaines à travers les mouvements corporels.

« Quotient empirique évoque des relations qui se développent entre six danseurs. Ce sont des moments humains de vérité, de force, de conflits... Ça démontre comment tout change dans les relations humaines, communiquées à travers le mouvement », explique le fondateur de la troupe montréalaise dont le dernier passage à Sherbrooke remonte à 2012.

Quotient empirique marque une étape importante dans la carrière de Victor Quijada. C'est la première fois qu'il ne partage pas la scène avec les autres danseurs. « Ça m'a pris plusieurs années avant que je me sente prêt, puisque le style de la compagnie s'est créé dans mon corps, à travers mon style. J'ai donc travaillé, dans les 10 dernières années, à analyser ce qui sort de mon corps et à transmettre cette information. Maintenant je me sens confiant, les danseurs ont développé une technique et une méthode; ils connaissent mon corps et ses mouvements », soutient le chorégraphe, visiblement fier de ses élèves.

Ce style unique, le chorégraphe l'a développé grâce à un parcours hors du commun : danseur de rue à Los Angeles dans son enfance, il a ensuite étudié la danse contemporaine à la Los Angeles County High School for the Arts, avant de se joindre aux Grands Ballets canadiens de Montréal.

« Quand j'ai commencé ma

troupe, j'étais un des très, très rares cas d'hybridation des genres.

Maintenant, les danseurs ne maîtrisent pas seulement un style, mais plusieurs. Ce n'est pas rare de voir des jeunes dans des écoles de danse issus du monde hip-hop », illustre le chorégraphe.

Et cette hybridation est rapidement devenue la marque de commerce de RUBBERBANDance.

« Je ne suis pas capable d'apposer une étiquette sur notre troupe. S'il y en avait une, elle serait très longue : ballet-contemporain-break-théâtral... Mais je n'en veux pas puisque j'ai créé la troupe exactement pour ça : pour être moi, seulement moi, tout le temps », résume-t-il.

Vous voulez y aller?

Quotient empirique

Ce soir, 20 h

Causerie avec Victor Quijada à 19 h 15

Entrée : 36 $ (étudiants : 21 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer