Roy Patterson change encore son projet pour l'Hôtel Wellington

L'ancien candidat à la mairie Roy Patterson n'a... (Archives, La Tribune)

Agrandir

L'ancien candidat à la mairie Roy Patterson n'a pas recueilli les fonds nécessaires pour acheter l'Hôtel Wellington.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'ancien candidat à la mairie Roy Patterson n'a pas recueilli les fonds nécessaires pour acheter l'Hôtel Wellington. Celui qui devait amasser 1,8 M$ avant le 8 février pour procéder à l'achat n'aurait atteint que 20 % de son objectif. Il n'abandonne toujours pas ses plans de se porter acquéreur de l'établissement hôtelier de la rue Wellington Sud et a échafaudé une troisième version de son plan.

En 2013, M. Patterson cherchait à rassembler des investisseurs pour former une coopérative de solidarité. En décembre dernier, il revenait à la charge en suggérant de financer un projet semblable à l'aide du sociofinancement. Il visait alors à louer les chambres de l'hôtel sur une longue période pour permettre à leurs locataires de trouver un appartement. Il revisite une fois de plus son projet, visant désormais à relancer l'hôtel avec un concept « rétro ». Son offre demeurera sur la table tant et aussi longtemps qu'il n'aura pas été devancé par un autre acheteur.

« Nous avons décidé de laisser l'Hôtel Wellington en hôtel rétro. Maintenant que nous avons simplifié le concept, ça avance mieux. Nous avons 20 % de la somme nécessaire et nous espérons qu'elle aura été la partie la plus difficile à trouver », avance Roy Patterson.

« Au commencement, je pensais avoir beaucoup d'investisseurs », admet-il.

Selon son plan, le bar et le restaurant de l'hôtel mythique revivraient. « Nous ne pourrions pas être compétitifs avec les grands hôtels, mais il n'y aurait pas beaucoup à changer pour que les chambres suivent les thématiques des années 1920, 1930 et 1950. On changerait les matelas et on achèterait des meubles vieillots, mais parce qu'on ne dépenserait pas des millions dans le matériel, on aurait de l'argent pour payer les employés. »

Roy Patterson se promet d'offrir un service de voiturier pour pallier un irritant souvent signalé dans les commentaires de la clientèle : l'inconfort à fréquenter un stationnement sombre. Il compte aussi réserver ses plus grandes chambres pour des étudiants qui échangeraient leur pension contre 15 heures de travail par semaine.

M. Patterson, qui a abandonné l'idée du sociofinancement, estime qu'il serait idéal de ramasser 2,5 M$ pour assurer l'achat et la rénovation de l'hôtel. Dans le meilleur des mondes, il atteindrait son objectif avant la fin du mois de mars.

Au nouveau rôle d'évaluation 2016-2018, l'Hôtel Wellington datant de 1927 est évalué à 1 264 000 $.

Partager

À lire aussi

  • Un parti politique pour Roy Patterson?

    Sherbrooke

    Un parti politique pour Roy Patterson?

    L'ancien candidat à la mairie de Sherbrooke Roy Patterson, qui tente également d'acheter l'Hôtel Wellington, songe à créer son propre parti politique... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer