Un professeur de l'UdeS obtient une bourse prestigieuse

Le professeur Mark Vellend étudie les effets du... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Le professeur Mark Vellend étudie les effets du réchauffement de la planète sur la biodiversité à l'échelle locale.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

(SHERBROOKE) Le professeur Mark Vellend de l'Université de Sherbrooke vient de recevoir la bourse E.W.R. Steacie, « l'une des plus prestigieuses distinctions en sciences et en génie au Canada », indique l'institution dans un communiqué.

C'est la façon originale de M. Vellend « d'approcher la recherche » qui lui a valu l'attribution de la bourse.

Professeur depuis 2011 à l'UdeS, Mark Vellend étudie notamment les effets du réchauffement de la planète sur la biodiversité à l'échelle locale.

Octroyée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), la bourse s'accompagne d'importantes subventions en fonds de recherche et d'équipement. Elle permet aux lauréats d'être dégagés de toute charge administrative ou d'enseignement pour une durée de deux ans afin qu'ils puissent consacrer tout leur temps et leurs efforts à la recherche.

« C'est un grand honneur de recevoir cette bourse. Les fonds et l'opportunité de me concentrer uniquement sur la recherche vont permettre à mon équipe et à moi d'avancer énormément notre recherche sur la réponse de la biodiversité végétale aux changements globaux ».

Son équipe se base sur des données historiques, notamment les inventaires de plantes réalisés par les premiers colons européens en Amérique du Nord et par les écologistes il y a 30-50 ans, pour découvrir les changements survenus à long terme dans les communautés végétales et pour étudier les processus écologiques et évolutifs à l'origine de ces changements. Ses travaux bouleversent certaines croyances très répandues. Par exemple, lui et son équipe ont montré que c'est la consommation de graines des animaux, et non les températures froides, qui limitent la migration de certaines espèces végétales vers le nord.

M. Vellend a obtenu le Young Investigator's Prize décerné par l'American Society of Naturalists et le W.S. Cooper Award décerné par l'Ecological Society of America.

Dans un livre à venir à l'été 2016, The Theory of Ecological Communities, propose une nouvelle conception de la composition des communautés et de la diversité biologique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer