Le pire scénario pour les stations de ski

Les caprices de la météo font la vie... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Les caprices de la météo font la vie dure aux stations de ski de la région. La saison de ski 2015-2016 s'avère plutôt décevante jusqu'à maintenant.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Peu de chutes de neige, des averses de pluie fréquentes et des températures souvent trop douces pour fabriquer de la neige. Il aurait été difficile d'imaginer un pire scénario pour les stations de ski de la région.

Jusqu'à présent, la saison de ski 2015-2016 a laissé les skieurs et les planchistes sur leur faim. Et un revirement de situation devient de plus en plus improbable, considérant l'avancement de la saison.

Directeur des ventes et du marketing à la station Owl's Head, Luc Saint-Jacques reconnaît que la saison 2015-2016 est décevante. « On n'a pas du tout nos chiffres habituels à la billetterie. On prévoit terminer avec des pertes. Le propriétaire de la montagne, Fred Korman, devra prendre des décisions en conséquence », révèle-t-il.

Un nombre relativement élevé d'Américains a néanmoins choisi de traverser la frontière canado-américaine pour aller skier à la station Owl's Head ces dernières semaines. Cependant, les dirigeants du centre de ski s'attendaient à encore davantage d'Américains en raison de la faiblesse du dollar canadien.

Luc Saint-Jacques affirme toutefois qu'il est inutile de s'alarmer. « Nous en sommes à notre 50e année d'exploitation et ce n'est pas la première fois qu'on traverse un hiver difficile. Ça ne menace pas notre avenir, mais il est possible que des projets d'investissements soient reportés, par exemple », explique-t-il.

M. Saint-Jacques souligne également qu'Owl's Head fabriquait toujours de la neige au début de la semaine alors qu'habituellement les canons à neige sont rangés vers le 20 janvier. Et il ajoute que la mythique piste Colorado sera ouverte pour la première fois de la saison samedi.

« Nos équipes sur la montagne travaillent fort. On aimerait se rendre à Pâques malgré le peu de neige reçue cet hiver. On sait par contre que ce sera difficile parce que l'épaisseur de neige dans les pistes est moins importante que d'habitude. »

Un bon mois de janvier

Pour sa part directeur général de la station Mont Orford, Luc Chapdelaine dépeint un portrait légèrement plus réjouissant, mais admet qu'il aurait préféré vivre un scénario complètement différent.

« Après un mois de décembre décevant, janvier a somme toute été assez bon, dit-il. L'achalandage a été semblable à l'an dernier en janvier. On a par contre commencé février avec deux week-ends en dessous des attentes, dont un carrément exécrable. »

Luc Chapdelaine avoue qu'une « belle fin de saison » serait nécessaire pour que la station Mont Orford termine avec des résultats dans la moyenne. Une tempête de neige qui laisserait 20 centimètres ou plus au sol encouragerait évidemment les skieurs hésitants à rouler en direction des pistes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer