Tardif et Côté Scène reprennent le dialogue

Les canaux de communication sont rétablis entre le... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les canaux de communication sont rétablis entre le président du comité de la culture, Pierre Tardif, et le groupe Côté Scène qui travaille à la construction d'une salle de diffusion au centre-ville.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) Les canaux de communication sont rétablis entre le président du comité de la culture, Pierre Tardif, et le groupe Côté Scène qui travaille à la construction d'une salle de diffusion au centre-ville.

Rappelons que la Ville de Sherbrooke a dernièrement relancé le gouvernement en adoptant une résolution demandant au ministère de la Culture et des Communications de reconduire, pour une période de deux ans, l'entente de principe visant l'implantation d'un lieu de diffusion spécialisé en théâtre et en danse pour le jeune public au centre-ville, à proximité du Centre des arts de la scène Jean-Besré.

Lors du vote en lien avec cette résolution, le président du comité de la culture a inscrit sa dissidence, provoquant la surprise de plusieurs élus et personnes du milieu culturel sherbrookois.

Dans nos pages, les gens de Côté Scène avaient déploré l'absence de communication entre Pierre Tardif et leur organisme.

« J'ai rencontré les gens du théâtre ainsi que Normand Chouinard [président du CA de Côté Scène] pour leur expliquer mon point de vue et on s'est laissé en très bons termes », assure dorénavant le conseiller municipal.

M. Tardif convient que son opposition au projet a tout de même créé du remous dans le milieu artistique.

« La semaine passée, lors de notre assemblée générale bisannuelle réunissant les organismes, groupes et professionnel du milieu culturel, j'ai laissé la parole aux personnes présentes. Une personne a pris la parole pour me dire que je suis un des plus mauvais présidents que le comité de la culture a connu. Je lui ai dit qu'elle avait droit à son opinion, mais que ça ne changeait pas mon objectif », affirme M. Tardif.

Selon le conseiller, son opposition au projet de salle de diffusion est partagée par plusieurs personnes du milieu culturel.

« Pour un artiste qui travaille seul, c'est difficile à accepter... Des artistes priorisés avec un projet de plusieurs millions de dollars alors que d'autres éprouvent des difficultés financières », souligne M. Tardif, en précisant que le projet continuait tout de même à aller de l'avant grâce à la résolution adoptée par la Ville.

« Je vais finir mes consultations pour la politique culturelle et je rencontrerai de nouveau les gens de Côté Scène », assure-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer