Pétrolia demande une rencontre avec Couillard sur Anticosti

La société Pétrolia demande une rencontre avec le premier ministre Philippe... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Québec

La société Pétrolia demande une rencontre avec le premier ministre Philippe Couillard afin de connaître les orientations de son gouvernement dans le dossier de l'exploration des hydrocarbures sur l'île d'Anticosti.

En conférence de presse, lundi à Québec, le président-directeur général de l'entreprise, Alexandre Gagnon, a déploré l'arrêt du dialogue entre les parties depuis la Conférence sur le climat de Paris, en décembre dernier.

À son avis, le premier ministre doit «clarifier les incompréhensions qui semblent se multiplier» depuis plusieurs semaines.

Lors de cet événement international, M. Couillard s'était dissocié publiquement du projet d'exploration sur l'île d'Anticosti. Le premier ministre est depuis fortement critiqué par les partis d'opposition.

M. Gagnon a rappelé que les trois forages prévus cet été s'inscrivaient dans le cadre de l'entente avec le gouvernement du Québec. À cet égard, il a dit que Pétrolia comptait faire valoir ses droits.

Il a ajouté que la superficie de ces trois sites est minime par rapport aux 8000 kilomètres carrés de l'île d'Anticosti, ce qui, à son avis, ne justifie pas le ton alarmiste employé par M. Couillard.

La semaine dernière, M. Couillard a affirmé que la poursuite de l'exploration des hydrocarbures sur l'île d'Anticosti posait un problème «technique fondamental», et ce, même si son gouvernement attend encore plusieurs études qui doivent établir les impacts des travaux de forage hydraulique dans le schiste.

Il avait également affirmé que les fonctionnaires impliqués dans le dossier allaient devoir tenir compte de ses récentes déclarations dans leur analyse.

Depuis les déclarations faites par M. Couillard à Paris, l'action de Pétrolia a dégringolé de 36 % en Bourse.

Par le biais de sa filiale Ressources Québec, l'État québécois contrôle 35 % des parts dans la société en commandite Hydrocarbures Anticosti. Pétrolia, une filiale de Maurel & Prom et Corridor Resources détiennent chacune une participation de 21,67 %.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer