Inquiétudes à l'école la Ruche

Le conseil d'établissement de l'école secondaire de la... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le conseil d'établissement de l'école secondaire de la Ruche à Magog lance un cri d'alarme et demande à la Commission scolaire des Sommets de cesser de couper son budget de fonctionnement.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Le conseil d'établissement de l'école secondaire de la Ruche à Magog lance un cri d'alarme et demande à la Commission scolaire des Sommets (CSS) de cesser de couper son budget de fonctionnement.

Dans une lettre envoyée à La Tribune et à la CSS, le président du conseil d'établissement de l'école de la Ruche, Daniel Messier, fait état de la « déception, de la consternation et de la résignation » que ses collègues et lui-même ont ressenties en adoptant le budget révisé de l'année 2015-2016.

« La ponction de 30 pour cent du budget de l'école qui s'applique depuis quelques années ne peut plus continuer. Une partie de cette coupe est redonnée en cours d'année, mais celle-ci s'ajoute aux nombreuses compressions effectuées en éducation par le gouvernement du Québec », écrit M. Messier.

Le président du conseil d'établissement de la Ruche ajoute qu'il est « aberrant de constater que l'on se donne des objectifs ambitieux pour augmenter la réussite scolaire et contrer le décrochage alors que l'on doit constamment couper dans les moyens pour parvenir à ces buts ».

Daniel Messier interpelle directement le président de la CSS, Jean-Philippe Bachand. « Nous vous demandons donc de tout mettre en oeuvre pour éviter une nouvelle ponction de 30 pour cent du budget de l'éducation de nos jeunes et de vous assurer que, dès l'an prochain, nous puissions avoir les moyens d'innover encore. »

Et M. Messier renchérit en affirmant que « nous devons unir nos forces dès maintenant pour faire en sorte que l'école publique, celle qui accepte tous les jeunes de la société, ait les moyens de ses ambitions et contribue au mieux-être de tous. »

Opinion partagée

Joint par La Tribune vendredi, Jean-Philippe Bachand a indiqué qu'il partage l'opinion des membres du conseil d'établissement de l'école de la Ruche. « Il ne faut pas oublier qu'il y a un milliard de moins en éducation, si on compare avec la situation cinq ans plus tôt », note-t-il.

D'après lui, la CSS est « une organisation extrêmement performante. Si les compressions continuent, ce sera les services directs aux élèves qui seront touchés. Je l'ai dit personnellement à des députés. »

Directeur général de la CSS, Christian Provencher confie ne pas se sentir visé par la lettre signée par Daniel Messier. « Ce que je comprends, c'est qu'il dénonce les coupes en éducation de façon globale », mentionne-t-il.

Le grand patron de la CSS remarque que son organisation a déjà consenti des efforts afin d'économiser de l'argent sans toucher aux budgets des écoles. Des postes ont notamment été supprimés au centre administratif de la commission scolaire. Christian Provencher fait par ailleurs valoir que son organisation a « choisi de protéger l'enveloppe des services d'enseignement ». Il indique également que des sommes additionnelles ont été consenties aux écoles en cours d'année scolaire en 2014-2015 ainsi qu'en 2015-2016. « On en donne plus quand on s'aperçoit qu'on a de la marge de manoeuvre », souligne-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer