Un drone géant fait de bâtons de hockey

L'équipe de futurs ingénieurs du projet HeliTE. est... (Photo fournie)

Agrandir

L'équipe de futurs ingénieurs du projet HeliTE. est composée de Guillaume Poirier, Vincent Jacob-Ferland, Jérôme Larose, Nicolas Roy, John Bass et Samuel Soucy-Bouchard.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le hockey inspire bien des gens, mais certains le sont plus que d'autres. Notre sport national est mis à contribution pour mettre au point un drone format géant.

L'équipe HeliTE, une équipe d'étudiants en génie mécanique de l'Université de Sherbrooke, a pour but de mettre au point un quadricoptère pouvant déplacer une personne. La structure sera faite de bâtons de hockey.

Le groupe constitué de six ingénieurs en herbe s'est donné le défi de faire voler le véhicule équipé de quatre moteurs électriques pendant 15 minutes. Le châssis sera constitué d'une quarantaine de bâtons de hockey en carbone recyclés offerts par la compagnie Bauer.

« Nous cherchions une source alternative pour trouver des tubes de carbone à moindre coût. On a eu l'idée des bâtons de hockey », fait valoir Samuel Soucy-Bouchard, coordonnateur des opérations du projet HeliTE.

« Nous avons contacté la compagnie Bauer et nous avons pu mettre la main sur une soixantaine de bâtons usagés ayant servi à faire des tests. C'est une valeur de 6000 $. Du coup, le fabriquant de bâtons de hockey devenait notre plus gros commanditaire sans avoir déboursé une cent. »

Le projet a débuté il y a un an. Il devra être terminé en décembre prochain. Les lois canadiennes leur interdisent de faire voler une personne à bord de quadricoptère, ajoute M. Soucy-Bouchard.

« Il faudrait se rendre aux États-Unis. Si le véhicule pèse moins de 254 livres, on peut le faire voler sans certification... mais à nos risques et périls. »

« Au Canada, il faut toutes les certifications pour faire voler une personne. Nous sommes au stade de faire voler des téléguidés. Au départ, les quatre rotors étaient situés à la hauteur des genoux du passager. Mais pour une question de sécurité nous avons monté les moteurs plus haut que le passager. »

Le concept a évolué et continue d'évoluer, ajoute-t-il. « Nous sommes à simplifier la conception », enchaîne-t-il.

« Il faut fournir un plan très détaillé de la conception. Après l'été 2016, nous procéderons à la fabrication. »

Samuel Soucy-Bouchard croit que dans l'avenir on pourrait se servir de bâtons de hockey pour mettre d'autres véhicules au point en génie à l'Université de Sherbrooke. Il s'agit d'une solution avantageuse pour toutes les parties. « Bauer doit payer pour se défaire des bâtons ayant servi à faire des tests », souligne-t-il.

L'étudiant n'entrevoit pas, dans l'immédiat, d'application réelle au quadricoptère qui sera présenté en décembre 2016 lors de l'Exposition MégaGÉNIALE, à l'Université de Sherbrooke. Le véhicule devra peser moins de 115 kilos avec les batteries et pouvoir soulever une personne de 80 kilos ou moins.

« Tout est une question de batteries. La capacité est de 15 minutes de vol actuellement. L'autonomie des batteries devra évoluer encore pour lui donner un véritable rôle, comme lors de sauvetage. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer