Exclusif

Un Centre d'innovation minière sur le site de l'ex-Mine Jeffrey?

Le Cégep de Sherbrooke et la Commission scolaire... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Le Cégep de Sherbrooke et la Commission scolaire des Sommets (CSS), en collaboration avec la MRC des Sources, planchent sur la création d'un Centre d'innovation minière sur le site de Mine Jeffrey à Asbestos.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Cégep de Sherbrooke et la Commission scolaire des Sommets (CSS), en collaboration avec la MRC des Sources, planchent sur la création d'un Centre d'innovation minière sur le site de Mine Jeffrey à Asbestos, a appris La Tribune.

Les partenaires examinent ce projet depuis environ un an. Autant le Cégep de Sherbrooke que la CSS ont refusé de donner plus de détails, évoquant qu'il était beaucoup trop tôt pour parler publiquement de ce « projet de pôle de développement industriel pour la MRC des Sources ».

Selon un document, qui surnomme aussi l'initiative de « campus minier à Asbestos », le centre consistera en une « usine de minipilotage pour la transformation du minerai ». Le minerai serait transformé à partir des haldes formées des résidus miniers.

« L'hydrométallurgie sera la technologie utilisée pour la transformation étant donné son avantage en matière de protection de l'environnement », peut-on lire dans le descriptif du projet. On y apprend également que les responsables sont passés « du soutien à l'extraction prévu au départ du projet, à la transformation ».

Si le centre voyait le jour, il serait créé sur les terrains de Mine Jeffrey, mais il est encore trop tôt pour s'avancer sur le lieu précis.

Bernard Coulombe... (Archives La Tribune) - image 2.0

Agrandir

Bernard Coulombe

Archives La Tribune

Le président et directeur général de Mine Jeffrey, Bernard Coulombe, confirme avoir eu des discussions avec les partenaires.

« On a regardé où ça pourrait se faire », dit-il. 

Il voit d'un très bon oeil l'arrivée d'un tel centre; celui-ci pourrait très bien s'intégrer au plan de réaménagement et de restauration du site. 

Les responsables du projet pourraient notamment se servir de bâtiments existants.

« La balle est dans leur camp », souligne M. Coulombe. « Nous sommes très ouverts à ce projet-là. »

Selon lui, au moment des discussions qui remontent à l'automne, celles-ci portaient principalement sur de la formation. La description du projet différait alors du descriptif obtenu par La Tribune.

Peu après son élection en 2012, le PQ avait abandonné l'exploitation de l'amiante chrysotile et avait annoncé l'annulation de la garantie de prêt de 58 millions $ pour la relance de Mine Jeffrey.

Même si elle a mis fin à ses activités, Mine Jeffrey conserve un droit de gérance du site minier « au moins jusqu'en 2019 », note M. Coulombe. On retrouve notamment sur le complexe minier les entreprises Beausite Métal, Phénix-TAG et Ardobec. 

Interrogé sur la venue d'autres entreprises, Bernard Coulombe indique « qu'il y a d'autres projets » sur la table, mais ne veut pas en parler publiquement pour le moment. 

Un projet pour le Fonds de diversification?

La députée libérale de Richmond, Karine Vallières, dit avoir travaillé comme « agent facilitateur » pour faire cheminer le dossier du Centre d'innovation minière. Celui-ci a été présenté à des représentants du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles, de même qu'à des représentants du ministère de l'Éducation. « Il y a encore beaucoup de démarches à faire avant d'en arriver à un projet final », commente Mme Vallières. « C'est un dossier assez complexe. » Le montage financier n'a pas officiellement été présenté, selon Mme Vallières.

Le projet pourrait éventuellement être déposé au Fonds de diversification économique de la MRC des Sources, qui a entre autres pour objectif de contribuer au développement des entreprises présentes sur le territoire et de soutenir la création de nouvelles entreprises.

Environ sept millions $ de dollars ont été investis depuis la création du Fonds de diversification, qui comptait une enveloppe initiale de 50 M$. 

Interrogée sur les activités précises du Centre d'innovation minière, Mme Vallières ne s'est pas avancée sur la présence d'un partenaire industriel, mais a souligné qu'il s'agissait d'un projet lié au domaine de l'éducation.

Le Cégep de Sherbrooke et la CSS n'en sont pas à leur première collaboration. Dans le cadre d'un partenariat entre les deux institutions, le Cégep de Sherbrooke offre de la formation à Asbestos depuis cet hiver.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer