La mosquée A'Rahmane appartient toujours à la CITF

Malgré sa promesse de reprendre possession de la... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Malgré sa promesse de reprendre possession de la mosquée advenant que les allégations de terrorisme soient fondées, l'Association culturelle islamique de l'Estrie (ACIE) n'a toujours pas mis sa promesse à exécution, selon les informations recueillies par La Tribune.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un an après les allégations de terrorisme entourant une entité affiliée à son propriétaire, la mosquée A'Rahmane de Sherbrooke appartient toujours à la Canadian Islamic Trust Foundation (CITF). La CITF est la branche immobilière de l'Islamic Society of North America (ISNA), dont la filiale de collecte de fonds s'est vu retirer son statut d'oeuvre de bienfaisance par l'Agence du revenu du Canada (ARC) pour avoir pris part à un stratagème de financement au profit d'une organisation armée basée au Pakistan.

Malgré sa promesse de reprendre possession de la mosquée advenant que les allégations de terrorisme soient fondées, l'Association culturelle islamique de l'Estrie (ACIE) n'a toujours pas mis sa promesse à exécution, selon les informations recueillies par La Tribune.

En janvier 2015, le président de l'ACIE, Mohammed Kounna, s'était élevé contre les liens présumés associés à son propriétaire. M. Kounna avait alors promis de faire toute la lumière sur ces allégations et d'apporter les correctifs nécessaires. « Si nos vérifications nous confirment le moindre soupçon lié au terrorisme, nous allons récupérer la mosquée », avait alors assuré M. Kounna.

Ce dernier avait précisé qu'une entente entre l'ACIE et la CITF permettait à l'ACIE de reprendre possession de la mosquée.

Joint par téléphone au cours des derniers jours, M. Kounna a indiqué à La Tribune qu'il n'était pas en mesure de faire de commentaires sur l'état des démarches, notamment pour des raisons de santé. Il a de plus indiqué qu'il n'était plus président de l'ACIE depuis les élections au conseil d'administration, tenues le 10 janvier dernier.

Son successeur, Hafid Agourram, a pour sa part confirmé que des « vérifications » (voir autre texte) avaient bel et bien été faites par l'ACIE auprès de la CITF dans la foulée des révélations faites l'an dernier.

Stratagème

La mosquée A'Rahmane est située rue Massée, dans les anciens locaux des Services techniques de la Ville de Sherbrooke, au pied du mont Bellevue.

L'immeuble a été acquis par l'ACIE en 1997 au coût de 125 000 $. L'ACIE l'a ensuite revendue en 2000, au prix de 0 $, à la Canadian Islamic Trust Foundation (CITF), dont le siège social est situé à Mississauga, en Ontario. Sept ans plus tard, la CITF a acquis auprès de la Ville le terrain adjacent au coût de 60 000 $. En 2014, des travaux de rénovation et d'agrandissement de l'ordre de 600 000 $ y ont été effectués, portant ainsi la valeur de la propriété, selon le rôle d'évaluation, à 762 400 $. Une valeur qui a été dépréciée à 715 400 $ sur le dernier rôle d'évaluation foncière.

La CITF est la branche immobilière de l'Islamic Society of North America (ISNA). Or, l'Agence du Revenu Canada (ARC) a retiré à la filiale de collecte de fonds de l'ISNA (l'ISNA Development Foundation) son statut d'oeuvre de bienfaisance, en septembre 2013.

« La vérification a porté l'ARC à croire que l'Organisme a pris part à un stratagème de financement avec Kashmiri Canadian Council/Kashmiri Relief Fund of Canada (KCC/KRFC), des donataires non reconnus selon la Loi, avec l'unique but de faire parvenir les fonds recueillis à une organisation non gouvernementale établie au Pakistan portant le nom de Relief Organization for Kashmiri Muslims (ROKM) », lit-on dans le rapport sommaire de l'ARC.

En résumé, le fisc reproche à l'ISNA Development Foundation d'avoir acheminé 282 000 $ au Jamaat-e-Islami. Le bras armé de cette organisation pakistanaise, Hizbul Mujahideen, est reconnu comme organisation terroriste par l'Union européenne. Il vise l'instauration d'un État islamique dans le Cachemire indien.

Aussi, selon un texte du Journal de Montréal publié l'an dernier, des documents du FBI mentionnent que la maison mère américaine de l'ISNA est une création des Frères musulmans et a contribué à financer le Hamas.

Réactions

La Tribune a laissé plusieurs messages au directeur général de la CITF qui n'a pas retourné les appels. La Tribune a joint Dr Mohammed Ashraf, secrétaire du conseil d'administration selon les informations de Revenu Québec, qui dit s'être retiré de la CITF en 2011. Après quelques semaines de démarche, l'ancien président de l'ISNA et membre de l'organisation CITF, Dr Mohamed Bekkari, a finalement répondu aux questions de La Tribune. « Les allégations n'ont pas été prouvées et elles ne sont pas fondées. De plus, elles concernent l'ISNA Development Foundation et non la CITF », répond Dr Bekkari.

« L'ISNA Development Foundation n'est plus en activités. Après la révocation de l'Agence du Revenu du Canada, l'organisme n'a pas souhaité se défendre et a laissé aller les choses. Le Journal de Montréal (NDLR: journal qui a publié en premier lesdites allégations) est un journal islamophobe selon les informations que j'ai obtenues. Il désire provoquer un problème qui n'a rien à voir avec la CITF. On ne réagira pas davantage », ajoute Dr Bekkari.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer