• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Opération «Malaise»: les accusés demeurent détenus au moins jusqu'à jeudi 

Opération «Malaise»: les accusés demeurent détenus au moins jusqu'à jeudi

Les 13 hommes arrêtés dans le cadre de l'opération «Malaise» portant sur des... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin

(Montréal) Les 13 hommes arrêtés dans le cadre de l'opération «Malaise» portant sur des crimes de pornographie juvénile resteront en détention au moins jusqu'à jeudi: à ce moment, il est fort possible que certains soient remis en liberté dans l'attente de leur procès.

Ces hommes arrêtés lors de l'opération initiale avaient comparu jeudi dernier. Mais il y a désormais 14 prévenus: un autre homme, Richard Lévesque, a été arrêté en fin de semaine.

Leur enquête de remise en liberté devait avoir lieu mardi matin au palais de justice de Montréal.

Toutefois, dans le cas de plusieurs accusés, la Couronne a déclaré qu'elle effectuait certaines vérifications.

«La plupart nous ont offert certaines garanties que nous devons vérifier et puis ensuite, pour certains, j'ai déjà annoncé qu'il y aura la tenue d'une enquête préliminaire», a indiqué aux journalistes la procureure de la Couronne au dossier, Cynthia Gyenizse.

Si tout est à sa satisfaction, ils pourraient être libérés jeudi. Parmi les vérifications d'usage, la distance entre la résidence d'un accusé et les écoles et les parcs est normalement évaluée. Deux des accusés ont déclaré la même adresse et un groupe de trois accusés habitaient aussi au même endroit, ce qui pourrait compliquer le respect des conditions de remise en liberté.

Si la Couronne n'est pas satisfaite une fois les vérifications faites, une enquête de remise en liberté aura lieu mardi prochain, comme pour ceux pour qui la Couronne a d'ores et déjà déterminé qu'elle sera nécessaire, soit pour Roger Lepage, âgé de 74 ans, et Francis Perron, 46 ans.

En ce qui concerne l'accusé Vincent Rodrigue, il a renoncé à son enquête de remise en liberté. Il demeurera ainsi détenu jusqu'à la fin de son procès. Lorsqu'il avait été arrêté, l'homme de 39 ans était déjà incarcéré dans une autre affaire criminelle.

L'accusé Didier Chetelat, qui enseignait à HEC Montréal jusqu'à ce qu'il soit suspendu la semaine passée, devait être libéré mardi. La procureure de la Couronne avait commencé à lire les conditions qu'il devait respecter, mais lorsqu'il a mentionné qu'il irait vivre chez ses parents plutôt que chez lui, elle a indiqué devoir réévaluer sa décision.

Une ordonnance de non-publication a été émise sur toute l'information qui sera révélée lors de l'enquête de remise en liberté.

Le plus jeune des 14 accusés de l'opération «Malaise» a 27 ans et le plus vieux a 74 ans. Les faits reprochés remontent à 2003 et dans certains cas vont jusqu'en 2016.

La majorité des chefs d'accusation ont été portés contre les hommes pour avoir possédé, accédé, transmis, rendu accessible, produit, imprimé ou distribué de la pornographie juvénile. Certains sont aussi accusés d'en avoir conseillé d'autres sur la meilleure façon de commettre des actes criminels, notamment des contacts sexuels sur des mineurs.

La police est toujours à la recherche d'un quinzième suspect.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer