Les parents derrière les CPE

Étienne Hudon-Gagnon Vincent Beauchet Louis Sénécal Lucie Therriault... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Étienne Hudon-Gagnon Vincent Beauchet Louis Sénécal Lucie Therriault

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) « J'aimerais souligner le dévouement de chacun des membres du personnel des CPE. De l'intervenante à la cuisinière, de la remplaçante à l'homme à tout faire. Chacun a son rôle et son importance. Tout le monde garde à coeur le développement des garçons et filles qui viennent ici tous les jours. Ces personnes ont mal à leur estime et ils reçoivent régulièrement un message bien négatif du gouvernement. »

Le président du conseil d'administration du CPE Carrosse-Citrouille de Sherbrooke, Vincent Beaucher, soutient que la mobilisation autour des CPE est « l'ultime chance d'envoyer un message positif et de reconnaître l'apport indéniable que jouent tous ces acteurs dans le développement de nos enfants ».

« Les CPE représentent l'un des moyens que le Québec s'est donnés pour réaliser ses ambitions. Il reste maintenant à souhaiter que nos élus partagent cette vision et reconnaissent la place importante qu'occupent les CPE dans la société québécoise », estime M. Beaucher.

« Ces coupes demeurent une atteinte à l'estime des travailleurs. Le personnel a besoin de sentir qu'il fait la différence dans la vie et dans le développement des enfants », ajoute le président-directeur général de l'Association québécoise des CPE, Louis Sénécal, de passage à Sherbrooke, lundi.

Étienne Hudon-Gagnon, membre du conseil d'administration du CPE Pop-Soleil à Richmond rappelle que ce n'est pas de compressions supplémentaires que le réseau aurait besoin, mais de réinvestissement.

« En temps normal, ce sont des sommes supplémentaires que nous devrions demander. Chaque année, nous devons faire des acrobaties pour équilibrer un budget qui répond aux besoins du CPE. Les coupes prévues de 120 millions $ auront un impact majeur sur l'une des missions principales, soit de prévenir les difficultés d'apprentissage », estime M. Hudon-Gagnon.

Ce dernier invite le nouveau ministre de la Famille du Québec, Sébastien Proulx, à revoir les coupes annoncées de 120 millions $.

« Si monsieur Proulx veut améliorer la sécurité et la qualité des CPE, il doit d'abord annuler ces coupes. S'il veut vraiment améliorer l'efficience des services de garde comme l'a demandé M. Couillard, il devrait consulter les acteurs et établir un dialogue constructif sans objectif prédéfini de coupes ou d'économie d'argent », soutient Étienne Hudon-Gagnon.

Les chaînes humaines de mobilisation se poursuivent devant les CPE.

En plus de ce rassemblement au CPE Carrosse-Citrouille, lundi, éducateurs, parents et enfants du CPE coop Le Bilboquet, du CPE Manche de Pelle ainsi que des enseignants et étudiants du Cégep de Sherbrooke ainsi que des membres du personnel de l'école Eymard ont formé une chaîne humaine de plus de 160 personnes sur la rue Kennedy.

Mardi, ce sera au tour des parents et membres du personnel du CPE Panda de l'Université Bishop' s qui se rassembleront pour une chaîne humaine dans l'arrondissement de Lennoxville.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer