Un nouveau chapitre chez le Groupe Cameron

Sur le coup de midi, les frères Guy,... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Sur le coup de midi, les frères Guy, Pierre et Jean Cameron ont officiellement tendu le flambeau à leurs successeurs, mettant ainsi fin à leur association avec l'entreprise familiale de gestion parasitaire fondée à Sherbrooke par leur arrière-grand-père en 1962.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une page d'histoire s'est tournée définitivement vendredi chez le Groupe Cameron. Sur le coup de midi, les frères Guy, Jean et Pierre Cameron ont officiellement tendu le flambeau à leurs successeurs, mettant ainsi fin à leur association avec l'entreprise familiale de gestion parasitaire fondée à Sherbrooke par leur arrière-grand-père en 1962.

« Lorsqu'on a vendu l'entreprise en septembre 2014 à Terminix, ils (les gestionnaires) voulaient qu'on signe un contrat de cinq ans, mais on voulait un contrat d'un an seulement. Ç'a été une belle relation d'affaires, mais ce qui a motivé notre décision, c'est l'état de mon frère Jean, qui souffre de la SLA (Sclérose latérale amyotrophique), explique l'ancien président du Groupe, Pierre A. Cameron. On s'est dit qu'on est rentrés les trois frères ensemble et on voulait sortir les trois frères ensemble. Comme on avait déjà formé la relève pour que la transition se fasse bien, on a décidé que le 29 janvier 2016 serait une bonne date pour le chant du cygne. »

« C'est fini depuis ce midi. Nous sommes allés manger ensemble et on a ressassé d'excellents souvenirs. »

Parmi ceux-ci, la solidité des liens qui unissent le trio fait certainement partie des plus beaux.

« On s'est toujours dit nos quatre vérités, on n'a jamais été jaloux l'un de l'autre et même si on se choquait des fois, on se respectait et on passait à autre chose. Ça nous a toujours bien servi. Il y a 35 ans, j'étais le seul employé du Groupe Cameron et aujourd'hui, je laisse une entreprise avec 108 employés à bord et cinq bureaux. On était la quatrième génération. Aujourd'hui on ferme un livre et mes partenaires vont écrire une nouvelle page d'histoire. »

Pierre A. Cameron travaillera dorénavant pour Terminix, qui compte aussi quelque 330 bureaux à travers les États-Unis, dans un rôle qui demeure à être identifié.

« Mes deux frères arrêtent aujourd'hui. Je poursuis avec Terminix au niveau national. Ce sera un nouveau défi. Le petit gars de Sherbrooke va visiter le Canada un peu. Ça va être un poste de direction important qui n'a jamais existé au Canada auparavant », résume-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer