Un avantage pour les Jeux de la francophonie

Avec la présence de Luc Fortin comme ministre... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Avec la présence de Luc Fortin comme ministre délégué au Loisir et au Sport du Québec, Sherbrooke est encore mieux outillée pour tenter d'obtenir les Jeux de la francophonie en 2021.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Avec la présence du ministre délégué au Loisir et au Sport du Québec et de la ministre fédérale du Développement international et de la Francophonie, Sherbrooke est encore mieux outillée pour tenter d'obtenir les Jeux de la francophonie en 2021.

Politologue au Cégep de Sherbrooke, Antonin-Xavier Fournier estime que la présence de Luc Fortin au conseil des ministres à Québec et de Marie-Claude Bibeau à Ottawa peut avoir une influence sur l'issue de la course pour l'obtention de cette manifestation sportive et culturelle internationale.

« Je ne sais pas si Phillipe Couillard et Justin Trudeau ont réfléchi à cette question avant de les nommer à ces postes, mais les deux ministres de l'Estrie se trouvent au bon endroit pour faire du lobbying sur l'implication des deux paliers gouvernementaux dans ce dossier. Ils se trouvent à la table du conseil des ministres dans des postes directement touchés par cet événement », constate le politologue.

Faire ses classes

Antonin-Xavier Fournier estime que Luc Fortin accède au conseil des ministres dans un fauteuil qui lui permettra de faire ses classes.

« Le ministère du Loisir et du Sport n'est pas un poste stratégique avec des dossiers complexes et des enjeux majeurs. Ce sera une occasion pour Luc Fortin de prendre de l'expérience comme ministre afin de gravir les échelons par la suite. Philippe Couillard atteint son objectif de rajeunir son conseil des ministres et pour Luc Fortin, c'est une bonne nomination pour une introduction au conseil exécutif », estime Antonin-Xavier Fournier.

Ce dernier croit que le député de Sherbrooke comme ministre responsable de l'Estrie pourra faire cheminer davantage les dossiers régionaux.

« Comme ministre responsable de la région de l'Estrie, Pierre Paradis avait une culture plus tournée vers la Montérégie. Il était aussi très occupé par son ministère des l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation. Avec le député de Sherbrooke maintenant au conseil exécutif dans des fonctions de ministre junior, il aura certes davantage de temps pour faire avancer les dossiers régionaux. La région est gagnante sur ce plan, sans compter que sans être des poids lourds dans leurs gouvernements respectifs, Luc Fortin et Marie-Claude Bibeau sont au bon endroit pour parler de l'Estrie », estime le politologue du Cégep de Sherbrooke.

De façon globale, Antonin-Xavier Fournier estime que le remaniement de Philippe Couillard marque une certaine rupture par rapport aux deux premières années de son mandat.

« Le premier ministre n'est pas encore rendu au mi-mandat. La première partie de son mandat a été marquée par l'austérité ou la rigueur, selon le terme employé. Martin Coiteux qui avait des fonctions très en vues au Conseil du trésor se retrouve dans un autre ministère maintenant que le travail de signer les conventions collectives est réalisé. Le fait que Gaétan Barrette et Carlos Leitäo restent à leurs postes respectifs à la Santé et aux Finances est une indication que les grandes orientations dans leurs ministères doivent se poursuivre et que le gouvernement a encore besoin d'eux. Au cours des deux prochaines années, le gouvernement va se mettre tranquillement en mode réélection avec un conseil des ministres moins confrontant et en annonçant de meilleures nouvelles dans un contexte de surplus budgétaires » analyse le politologue.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer