Jean Charest: «Il a travaillé fort et fait ses preuves»

Le nouveau ministre Luc Fortin apparaît en compagnie... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le nouveau ministre Luc Fortin apparaît en compagnie du conseiller municipal Jean-François Rouleau, qui est aussi le père de sa conjointe, de l'ancien premier ministre Jean Charest et de Gilles Blais, président de Précigraphik, lors d'un cocktail de la Croix-Rouge région Estrie, en mars 2014.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'ancien premier ministre du Québec Jean Charest accueille la nomination du député de Sherbrooke Luc Fortin comme une très bonne nouvelle pour Sherbrooke et la région de l'Estrie.

Pour la première fois depuis le début des années 90, Sherbrooke se retrouve avec des ministres aux paliers gouvernementaux fédéral et provincial avec Luc Fortin comme ministre délégué au Loisir et au Sport du Québec et Marie-Claude Bibeau à Ottawa comme ministre du Développement international et de la Francophonie du Canada.

« J'ai vécu une situation semblable avec Monique Gagnon-Tremblay qui était ministre au provincial et moi au fédéral. Elle est devenue au fil du temps une amie personnelle et une confidente. Tout comme Luc Fortin, Marie-Claude Bibeau semble aussi très appréciée dans le milieu. Nous assistons peut-être à la reconstitution d'une équipe régionale dans la mesure où ils choisissent de travailler ensemble. C'est intéressant pour la région d'avoir des ministres aux deux paliers de gouvernement », soutient l'ancien premier ministre du Québec qui a occupé des fonctions de ministre des gouvernements conservateurs de Brian Mulroney au fédéral.

Jean Charest connaît bien le nouveau ministre du gouvernement Couillard étant donné que Luc Fortin a occupé les fonctions de conseiller aux communications alors qu'il était premier ministre du Québec.

« Le contexte de l'élection de Luc comme député de Sherbrooke n'était pas évident. Il a fait preuve de résilience et de détermination pour être élu à l'élection de 2014. Il a travaillé fort au sein de l'équipe de Philippe Couillard et a fait ses preuves. Il a été choisi pour sa contribution au cours des deux dernières années. Cette nomination au conseil des ministres est la preuve qu'il a laissé sa marque », constate Jean Charest.

Ce dernier souligne que la nomination de Luc Fortin comme ministre délégué au Loisir et au Sport est une heureuse coïncidence dans la course à l'obtention des Jeux de la francophonie de 2021 à Sherbrooke.

Jean Charest estime que Luc Fortin pourra bien concilier le travail de ministre avec son rôle de père de trois jeunes enfants.

« Ma fille Amélie avait un an et demi lorsque j'ai été nommé au conseil des ministres pour la première fois. Je l'ai fait, alors je suis sûr que Luc saura tout aussi bien concilier le travail de ministre avec sa famille. C'est faisable, sans compter que son épouse Émilie connaît bien la politique pour y avoir travaillé elle aussi. Elle comprend les exigences du travail de ministre », signale Jean Charest.

« Il va faire la fierté de la région »

La région de l'Estrie doit se réjouir de l'arrivée au conseil des ministres du député de Sherbrooke Luc Fortin.

« C'est un jeune dynamique, qui s'exprime bien, et à qui le premier ministre donne sa chance. Il connaît bien les rouages de la politique. La région doit s'en réjouir », a réagi d'emblée l'ex-ministre libérale Monique Gagnon-Tremblay.

En vacances à l'extérieur du pays et à la retraite de la politique depuis 2012, Mme Gagnon-Tremblay n'en a pas moins suivi avec beaucoup d'intérêt jeudi matin le remaniement ministériel à Québec.

« Ce ne sera pas facile pour lui, continue-t-elle, il a une jeune famille et ça va lui demander beaucoup de sacrifices. Mais au ministère du Loisir et du Sport, il sera en mesure de faire cheminer les dossiers de la région », ajoute avec conviction celle qui a été députée de Saint-François durant 27 ans et qui a représenté plusieurs ministères importants.

Monique Gagnon-Tremblay souligne également que la région sera doublement gagnante du fait que la députée de la circonscription voisine de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, a elle aussi accédé au conseil des ministres sur la scène fédérale.

« Avec Marie-Claude Bibeau, ils seront en mesure de faire cheminer bien des dossiers, notamment les Jeux de la francophonie », estime Mme Gagnon-Tremblay.

« Ça me rappelle un peu le temps où moi et Jean Charest siégeons, moi à Québec et lui à Ottawa. On a travaillé pendant 27 ans ensemble et on s'entendait bien. On a travaillé pour obtenir des dossiers qui auraient pu aller dans d'autres régions et même dans d'autres provinces. »

« Luc Fortin va faire la fierté de la région », prédit Monique Gagnon-Tremblay.

Avec Jacynthe Nadeau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer