Conduite hivernale : fini le pompage de frein

Les bonnes techniques de conduite hivernale devraient être... (Spectre, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Les bonnes techniques de conduite hivernale devraient être remises à jour périodiquement, indique le chef instructeur Carl Nadeau.

Spectre, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pomper la pédale de frein demeure la pire option pour effectuer un freinage sur une surface glacée.

« Il faut laisser la voiture travailler pour vous sauver la vie », soutient le pilote professionnel et chef instructeur de conduite préventive et de pilotage, Carl Nadeau.

La tournée sur les bonnes techniques de conduite hivernale de Mitsubishi Motors Canada était de passage au Centre de foires de Sherbrooke, mardi.

« Ce sont des techniques qui devraient non seulement être enseignées aux jeunes conducteurs, mais qui devraient être remises à jour périodiquement », explique Carl Nadeau.

Une position de conduite calme et relaxe, des mains placées en position « 9 h 15 » sur le volant et un regard fixé le plus loin possible vers « l'endroit où l'on veut aller et non vers le danger » peuvent contribuer à éviter nombre d'accidents sur les routes.

« Pomper les freins est de loin la pire façon de faire. Les voitures modernes ont un système ABS alors on enfonce simplement la pression sur le frein. Il va y avoir de drôles de sensation sur la pédale, mais il faut laisser la voiture faire le travail. Enfoncer la pédale de frein permet d'arrêter sur la glace. Sans ABS, il faut commencer le freinage plus en douceur et s'assurer de ne pas barrer les roues. Si vous pompez les freins, la voiture va se transformer en balançoire et le poids va aller de l'avant à l'arrière répétition et la distance de freinage va être ridiculement trop longue », explique Carl Nadeau.

« La capacité du système de freinage ABS est le meilleur ami que tu peux avoir, car il va gérer le freinage 3000 fois plus vite que le conducteur peut faire », ajoute un instructeur de conduite préventive, Jean-François Hevey.

Les deux instructeurs rappellent qu'en cas de dérapage il est primordial de regarder vers l'endroit où l'on veut se diriger et non vers l'obstacle à éviter.

« Les conducteurs fixent instinctivement l'endroit où ils ne veulent pas en cas de perte de contrôle. Il faut défaire ce réflexe et regarder à l'endroit où l'on veut se diriger », conseille Jean-François Hevey.

« C'est beaucoup la vision qui va faire en sorte si l'on a une bonne ou une mauvaise conduite. Il faut regarder le plus loin possible devant nous en tout temps et regarder où l'on veut aller et non ce qui nous fait peur. Plus on est relaxe dans notre façon de conduire, plus nous avons de sensation dans notre conduite », poursuit Carl Nadeau.

Le Service de police de Sherbrooke a recensé 3647 accidents sur son territoire en 2013 et 4099 en 2014.

L'hiver dernier, le SPS a répertorié 234 accidents en décembre 2014, 299 en janvier, 292 en février et 212 en mars 2015.

« Si tout le monde se conscientisait à adopter de bonne techniques de conduite, lâchait les cellulaires ainsi que l'alcool au volant, c'est certain que ça pourrait sauver des vies », estime le chef instructeur de conduite hivernale de la tournée de Mitsubishi Canada qui est passée par le Saguenay, Québec et qui se dirige maintenant vers Brossard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer