• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > La fermeture de la Clinique d'Asbestos a eu des impacts très limités dans le milieu 

La fermeture de la Clinique d'Asbestos a eu des impacts très limités dans le milieu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(ASBESTOS) La fermeture de la Clinique familiale d'Asbestos a eu des impacts très limités dans le milieu, peut-on constater trois mois plus tard.

L'impact le plus significatif est nul doute relié à la retraite du Dr Gilles Morin. « Il s'est assuré de transférer les dossiers de ses cas les plus urgents, environ une centaine, à d'autres médecins. Ses autres patients ont été inscrits au guichet d'accès pour la clientèle orpheline (GACO) de la région des Sources. On leur a attribué un code de priorité selon leur état de santé et selon les observations du Dr Morin. Leurs dossiers sont attribués au fur et à mesure que des places se libèrent », a précisé Sylvie Vallières, Conseillère-cadre aux communications du CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

Ses confrères et sa consoeur ont pour leur part déplacé leur pratique de la médecine. Le Dr Denis Blanchard a intégré les services du Centre hospitalier et du CLSC locaux alors que la Dre Nathalie Roy et Richard Lapointe ont ouvert un bureau à Saint-Georges-de-Windsor. Une partie de la clientèle orpheline laissée par le départ à la retraite du Dr Morin a été ainsi apte à se réorganiser avec eux et d'autres médecins en poste au centre hospitalier.

En ce qui a trait aux autres services dispensés par la Clinique familiale d'Asbestos, la dentisterie a été fermée avec le décès du dentiste Pierre Morin et la retraite de la dentiste Maryse Gauthier. La clientèle a pu être redirigée vers une autre dentisterie présente dans le milieu. Le comptoir de pharmacie qui tenait son existence à la présence de médecins dans la clinique a redirigé sa clientèle vers les deux autres pharmacies d'importance d'Asbestos. Enfin, l'optométriste André Roux se retrouvant seul dans le bâtiment a choisi de déplacer son local au Centre commercial d'Asbestos.

« Nous étions rendus là, heureusement ou malheureusement. C'est un tournant dans notre ville, relié principalement à l'âge de nos occupants. Nous ne pouvons les blâmer pour leurs choix. Il y a des impacts, mais ne parle pas de problèmes majeurs. Le Dr Morin a beaucoup fait pour son milieu, il avait droit à cette retraite et devait s'occuper de sa propre santé », a commenté l'optométriste André Roux, également copropriétaire de la clinique.

Le maire Hugues Grimard reconnaît que quelques citoyens ont été préoccupés par cette fermeture. « Nous sommes chanceux d'avoir un Centre hospitalier chez nous et que les trois médecins restants de notre clinique médicale aient décidé de poursuivre leur pratique dans la région immédiate. Bien que deux médecins ont maintenant leurs bureaux à Saint-Georges-de-Windsor, nous pouvons compter sur Transbestos pour assurer l'accès aux personnes ayant un besoin de soutien à leurs déplacements. »

Le bâtiment a été repris par la Caisse Desjardins des Sources. Des promoteurs seraient intéressés à lui donner une nouvelle vocation. Une démarche de modification du zonage est en cours à la municipalité afin de permettre un usage multifamilial.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer