Ouagadougou ne freinera pas les coopérants selon Bibeau

La ministre du Développement international et de la... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La ministre du Développement international et de la Francophonie Marie-Claude Bibeau ne croit pas que l'attaque terroriste de Ouagadougou, qui a coûté la vie à six Québécois, freinera le travail des coopérants qui partent à l'étranger.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La ministre du Développement international et de la Francophonie Marie-Claude Bibeau ne croit pas que l'attaque terroriste de Ouagadougou, qui a coûté la vie à six Québécois, freinera le travail des coopérants qui partent à l'étranger.

« Les gens qui font de la coopération le font vraiment par vocation. Il y a de la sécurité à respecter. Ce ne sont pas toutes les organisations qui vont dans les lieux les plus à risque. Certaines y vont. C'est nécessaire. Ces organisations évaluent de façon constante les risques dans les différents pays. Les coopérants vont continuer à offrir de l'aide humanitaire », a-t-elle déclaré en marge d'une conférence de presse vendredi matin.

« Les coopérants partent à l'étranger accompagnés par différentes organisations, que ce soient de grandes organisations internationales ou de petites ONG. Ces organisations sont bien structurées, ont de l'expérience sur le terrain. Elles sont aussi bien accompagnées et accueillies par nos missions sur le terrain. Il y a toujours des règles de prudence. Ces gens ont tendance à s'inscrire à l'ambassade, à se tenir informés des règles et des recommandations qui suivent l'actualité. »

Mme Bibeau a par ailleurs été invitée à justifier l'absence d'un représentant du gouvernement canadien à la vigile tenue en mémoire des victimes à Lac-Beauport en début de semaine.

« C'est vrai que nous étions tous réunis au Nouveau-Brunswick pendant ces journées-là. J'ai parlé moi-même dimanche à un membre de la famille pour, dans un premier temps, lui offrir mes condoléances et nos condoléances de la part du gouvernement. Je voulais m'assurer que le contact se faisait bien avec nos représentants au ministère, au centre d'urgence du ministère et en lien avec l'ambassade. On m'a confirmé que le contact était fait. Que ça se faisait bien. »

L'interlocuteur de Mme Bibeau a partagé ses inquiétudes quant au rapatriement des dépouilles, à la logistique et la charge financière. « J'ai bien pris note de ses demandes, de ses préoccupations. J'en ai parlé à mon collègue M. [Stéphane] Dion et au premier ministre. Le lendemain, M. [Justin] Trudeau a appelé la famille pour d'une part lui offrir de vive voix ses condoléances et aussi pour lui annoncer, parce que c'est la première fois que ça se fait, que nous allons prendre en charge non seulement la logistique, mais aussi tous les frais liés au rapatriement des corps. »

La députée à propos de...

Raif Badawi et la citoyenneté canadienne

L'explication a été donnée. La double nationalité n'est pas reconnue en Arabie saoudite. Soyons assurés d'une chose : nous profitons de toutes les occasions. M. [Stéphane] Dion et moi faisons plusieurs voyages à l'étranger. Nous sommes constamment en relation avec des partenaires de différentes instances, de différents pays. Nous parlons du cas de M. Badawi. Nous profitons de toutes les tribunes qui nous sont données pour en parler. Nous pensons qu'une façon plus diplomatique, plus discrète, a de meilleures chances de réussite.

René Angélil

«C'est un deuil national. Céline Dion et René Angélil ont toujours été très respectueux et très fiers d'être francophones. Ils ont toujours été de bons ambassadeurs pour le Québec et le Canada. C'est une grande perte, mais en même temps c'est un modèle incroyable, M. Angélil étant d'origine syrienne, c'est un modèle pour dire que tout est possible. Il faut croire en nos rêves. »

La voie ferrée du secteur Deauville et la CMQR

« J'ai constaté, avec le compte rendu qui m'a été fait, que la compagnie est assurément motivée à trouver des solutions. Ils sont très sérieux dans leur approche. Nous sommes vraiment en mode recherche de solutions. Ça ne se fait pas du jour au lendemain. C'est un dossier qui est complexe, mais quand la bonne volonté de toutes les parties est là... Nous venons d'embarquer dans le dossier, mais sur la base des discussions que nous avons eues jeudi, c'est prometteur. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer