La Tunisie impose un couvre-feu

Des heurts entre manifestants et policiers dans la... (Agence France-Presse)

Agrandir

Des heurts entre manifestants et policiers dans la région défavorisée de Kasserine ont conduit le gouvernement tunisien à imposer un couvre-feu nocturne dans l'ensemble du pays.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Agence France-Presse
Tunis

Un couvre-feu nocturne a été décrété vendredi dans toute la Tunisie, après plusieurs jours d'une contestation sociale inédite par son ampleur et sa durée depuis la révolution de 2011.

Cinq ans après le renversement du dictateur Zine El Abidine Ben Ali, les manifestations contre la misère et pour la justice sociale sont parties de la région défavorisée de Kasserine (centre) à la suite du décès samedi d'un jeune chômeur.

Le mouvement s'est propagé à de nombreuses autres villes et a notamment été marqué par des violences dans le Grand Tunis.

Vendredi matin à Kasserine, des centaines de personnes se sont rassemblées comme les jours précédents devant le gouvernorat pour demander une réponse à leurs revendications, sans incidents, d'après une journaliste de l'AFP.

Un calme précaire régnait non loin de là à Sidi Bouzid, où des heurts avaient opposé le matin policiers et manifestants - des chômeurs ainsi que des écoliers et lycéens - d'après un correspondant de l'AFP.

C'est à Sidi Bouzid que le vendeur ambulant Mohammed Bouazizi s'est immolé par le feu fin 2010, un geste qui a déclenché la révolution.

De Paris, où il a rencontré le président François Hollande, le premier ministre Habib Essid a affirmé que la situation était « actuellement maîtrisée ». Il doit présider un conseil des ministres exceptionnel samedi.

De son côté, M. Hollande a annoncé un plan de soutien à la Tunisie d'un milliard d'euros sur les cinq prochaines années, visant notamment « à aider les régions défavorisées et la jeunesse, en mettant l'accent sur l'emploi ».

Vendredi soir, dans une allocution télévisée, le président Béji Caïd Essebsi a jugé la contestation « naturelle » et appelé le gouvernement à élaborer un plan contre le chômage car « il n'y a pas de dignité sans emploi ».

Mais il a mis en garde contre sa récupération par « des mains malveillantes », évoquant des partis politiques sans les nommer ainsi que le groupe État islamique (ÉI).

« La nouveauté, c'est qu'il a semblé à Daech (un acronyme arabe de l'ÉI), qui est présent en Libye, presque à nos frontières maintenant, que la situation lui permettait de fourrer son nez dans cette opération », a-t-il soutenu.

Les tensions sociales ont débuté samedi à Kasserine, ville de 80 000 habitants, lorsqu'un chômeur de 28 ans, Ridha Yahyaoui, est mort électrocuté après être monté sur un poteau. Il protestait avec d'autres contre son retrait d'une liste d'embauches dans la fonction publique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer