UdeS: la Ville contribue à la création d'un pôle entrepreneurial

La rectrice de l'Université de Sherbrooke, Luce Samoisette,... (Spectre, Jessica Garneau)

Agrandir

La rectrice de l'Université de Sherbrooke, Luce Samoisette, et le maire Bernard Sévigny étaient fiers du partenariat intervenu dans la campagne D'avenirs et de passions.

Spectre, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville de Sherbrooke a confirmé jeudi matin sa contribution dans le cadre de la campagne de financement D'avenirs et de passions de l'Université de Sherbrooke. Tel que les élus l'avaient dévoilé lors de l'adoption du budget, la Ville pourrait contribuer jusqu'à un maximum de 6 M$ en dix ans, un apport qui pourrait aider à convaincre d'autres investisseurs d'importance dans le volet entrepreneurial de la campagne.

Ladite campagne est divisée en projets d'envergure avec leur propre objectif de financement. Celui auquel contribue la Ville vise la création d'un pôle entrepreneurial à l'Université de Sherbrooke, entre autres pour favoriser la création d'entreprises. L'objectif est d'amasser 60 M$ en dix ans. Le tiers du montant a été recueilli.

« C'est une fantastique nouvelle qui aura un double effet de levier. Lorsque nous sollicitons des donateurs, ils posent toujours la même question : quelle est la contribution du milieu? C'est avec un plaisir évident que je réponds que tant la communauté universitaire que la communauté sherbrookoise appuient l'institution. Ce n'est pas une dépense pour la Ville, mais un investissement qui créera de la richesse. En espérant que vos homologues provinciaux entendront le même message lors du prochain budget », a commenté le président de La Fondation de l'Université de Sherbrooke Luc Borduas.

La contribution de la Ville consiste en des ristournes (50 %) sur les tenants-lieu de taxes sur les nouvelles constructions réalisées sur les campus de l'Université.

« Nous renonçons à des revenus pour permettre à l'Université de se développer et, dans le cadre de notre stratégie, de créer des entreprises et de créer des emplois », explique le maire Bernard Sévigny.

Dans l'entente, la Ville s'engage à verser au moins 350 000 $ par année pour des tenants-lieu de taxes pour des bâtiments couverts dans l'entente précédente. « Pour ceux qui pensent qu'on manque de vision, notre entente est valide jusqu'en 2025. Les institutions d'enseignement subissent de lourdes compressions qui risquent de diminuer dramatiquement les constructions sur lesquelles nous offrirons des ristournes. C'est pourquoi la Ville de Sherbrooke propose que certains bâtiments couverts par l'entente précédente soient encore considérés. »

La rectrice Luce Samoisette explique que des projets de construction sont prévus. « Il y a toujours une croissance de personnel et d'étudiants. Le budget d'investissement est traité à part du budget de fonctionnement. Au cours des deux prochaines années, ce sera plutôt tranquille, mais ensuite, avec l'effectif que nous avons, des initiatives nouvelles qui proviennent du gouvernement pourront nous être octroyées. Ce sera selon les besoins des deux campus. Sur le campus de la santé, il y aurait un nouveau bâtiment, et sur le campus principal, ce seraient des agrandissements. »

Mme Samoisette qualifie l'entente avec la Ville de Sherbrooke d'unique. « Nous nous sommes demandé ce qui serait un levier pour la Ville et l'Université et nous avons choisi un dossier sur l'entrepreneuriat. Nous sommes conscients que l'administration municipale est confrontée à un contexte difficile, mais malgré le contexte, il faut continuer d'investir dans notre avenir collectif. Nous sommes une des universités les plus actives en recherche au Canada. Nous souhaitons tripler nos partenariats de recherche, doubler le nombre d'inventions en phase de commercialisation et double le nombre d'entreprises en essaimage dans l'Accélérateur de création d'entreprises technologiques. »

« Notre ville doit redevenir une ville entrepreneuriale. C'est ce que nous nous efforçons de faire », ajoute le maire Bernard Sévigny.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer