Les députés péquistes sont divisés sur le registre des armes

Bernard Drainville... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Bernard Drainville

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Saguenay

Les députés péquistes sont divisés sur l'enjeu du futur registre québécois des armes à feu.

Le leader parlementaire Bernard Drainville a admis jeudi qu'il y avait des discussions au caucus des députés réunis à Saguenay pour préparer la rentrée parlementaire.

Plusieurs élus souhaitent un vote libre sur le projet de loi 64, qui vise à créer un registre québécois, après l'abandon du registre fédéral des armes d'épaule.

Les élus de la Gaspésie semblent particulièrement réticents, notamment le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre.

«Les gens sont inquiets sur le registre», a fait savoir M. Lelièvre. Quand des journalistes lui ont demandé si des électeurs étaient même contre, il a répondu: «Absolument, beaucoup (sont contre).»

Le porte-parole en Sécurité publique, Pascal Bérubé, avait même confié la semaine dernière qu'il avait demandé d'être dessaisi du dossier des armes à feu pour mieux refléter l'opinion de ses électeurs.

Curieusement, M. Bérubé, qui est député de Matane-Matapédia, n'a pas voulu répondre aux questions des journalistes, jeudi matin.

Un autre de ses collègues, Sylvain Roy, de Bonaventure, semblait tout aussi mal à l'aise. Il a reconnu qu'il y avait beaucoup de chasseurs dans sa circonscription, mais il a refusé de donner son opinion, tout en lâchant un «j'aime la chasse», avant de s'engouffrer dans la salle du caucus.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer