Divergence d'opinions sur le Costco: Rouleau persiste

Le conseiller Jean-François Rouleau se dit étonné des... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le conseiller Jean-François Rouleau se dit étonné des propos de sa collègue Christine Ouellet dans le dossier du déménagement potentiel du magasin Costco et refuse de se ranger à ses arguments.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le conseiller Jean-François Rouleau se dit étonné des propos de sa collègue Christine Ouellet dans le dossier du déménagement potentiel du magasin Costco et refuse de se ranger à ses arguments.

Après que M. Rouleau eut pressé la mairie d'accélérer les démarches pour permettre au géant commercial de déménager et de construire une station-service, Mme Ouellet a indiqué ne pas sentir d'urgence, préférant attendre de voir le projet avant de se prononcer. Elle avançait néanmoins que le prix de l'essence élevé pouvait être une situation pour penser les choses différemment.

« Je suis moi-même très sensible à l'environnement, mais il ne faut pas mêler les dossiers. Il n'a jamais été demandé à la Ville d'investir. Je souhaite que nous travaillions en collaboration avec un promoteur qui veut investir 50 M$. Un projet de cette ampleur, dans une période de ralentissement économique, ça mérite d'être étudié rapidement », relève M. Rouleau.

« J'ai moi-même voté pour le schéma d'aménagement, mais c'est une balise. Il faut faire preuve de gros bon sens et cesser d'utiliser cet argument chaque fois qu'on veut bloquer un projet. »

Jean-François Rouleau fait ainsi référence à une zone de réserve commerciale où le Costco pourrait vouloir s'implanter. Il faudrait toutefois déroger du schéma d'aménagement, une dérogation que Mme Ouellet n'accepte pas d'emblée. « Les modifications que demande le promoteur ne semblent pas un enjeu majeur », insiste M. Rouleau.

Le conseiller du district de l'Université martèle que l'arrivée du Costco dans le marché de l'essence permettrait de réduire les prix à la pompe. Il cite d'ailleurs la Régie de l'énergie, qui émettait un avis en ce sens en novembre. « C'est ça qui arrive quand on est porte-parole d'un parti. Moi je suis porte-parole des citoyens. C'est sûr que c'est facile de monter les taxes, mais il faudrait que la Ville trouve d'autres sources de revenus. Si elle a des solutions pour réduire le prix de l'essence, Mme Ouellet, qu'elle les apporte. »

Jean-François Rouleau qualifie les propos de sa collègue de condescendants et s'interroge à savoir si elle parlait au nom du Renouveau sherbrookois. « Si tel est le cas, le maire devrait la rappeler à l'ordre. »

M. Rouleau prépare une résolution en prévision du conseil municipal de lundi pour accélérer les démarches dans le dossier.

En réponse, Christine Ouellet rapporte être entièrement responsable de ses propos. « Ce n'est pas le maire qui m'a demandé d'être porte-parole. Ce n'est pas une question de partis politiques. Si M. Rouleau veut me ramener à l'ordre parce que mes propos ne lui font pas plaisir, moi je n'ai pas envie de me ranger à ses arguments. Ce que je dis, c'est qu'on peut difficilement évaluer les impacts d'un projet de 50 M$ alors qu'il n'a pas été présenté. »

Mme Ouellet doute encore que la seule présence du Costco réduira le prix de l'essence à la pompe. « À Montréal, l'essence est plus chère et il y a des gros joueurs. À Danville, il n'y a pas de Costco et elle est moins chère. Pourquoi devrait-on construire un nouveau Costco pour y ajouter des pompes? Ne pourrait-on pas trouver un endroit seulement pour les pompes? Comment ce projet relancera-t-il l'économie alors que ce n'est qu'un déplacement de commerce? Je ne comprends pas le discours de M. Rouleau. »

Christine Ouellet rapporte avoir eu l'appui de plusieurs citoyens à la suite de la publication de ses propos, qu'elle ne trouve pas condescendants. « Je pense aux générations futures. C'est beau un projet de 50 M$, mais devons-nous le précipiter seulement pour vendre de l'essence moins cher? »

À défaut de pouvoir réduire le prix de l'essence, la conseillère et présidente du comité de l'environnement croit que la solution réside dans la volonté de diminuer l'utilisation de la voiture. « Il y a le transport actif, le transport en commun ou l'achat d'une voiture qui consomme moins d'essence. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer