Des nouveaux quartiers à repenser

Présidente du comité de l'environnement à la Ville... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Présidente du comité de l'environnement à la Ville de Sherbrooke, la conseillère Christine Ouellet s'interroge à savoir si une pratique plus écologique pourrait être privilégiée dans le développement de nouveaux quartiers. La question a été soulevée à la suite de l'approbation d'un projet résidentiel sur la rue Régina-Gagnon dans le secteur de Deauville.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Détruire un milieu humide pour y construire un bassin de rétention? La conseillère Christine Ouellet, présidente du comité de l'environnement, s'interroge à savoir si une pratique plus écologique pourrait être privilégiée. La question a été soulevée à la suite de l'approbation d'un projet résidentiel sur la rue Régina-Gagnon dans le secteur de Deauville.

Il est effectivement question de prolonger la rue Régina-Gagnon puisqu'il s'agit d'une zone prioritaire de développement. Un total de 27 résidences unifamiliales isolées devraient être construites. Pour ce faire, un milieu humide de 2500 mètres carrés sera complètement détruit alors qu'un autre milieu humide sera en partie démoli. Le projet nécessitera deux bassins de rétention et des efforts seront faits pour les intégrer à leur environnement. Une partie de cours d'eau sera aussi déplacée.

« De façon générale, je ne reviens pas sur la validité du projet. Je n'ai rien contre. On parle d'avenir et de gestion des eaux pluviales. Le petit bémol que j'aimerais apporter, c'est qu'on vient détruire un milieu humide, considérant que c'est là pour retenir l'eau et réduire l'accélération de l'écoulement vers les conduites pluviales. On va en détruire une partie pour construire un bassin de rétention. On va détruire un milieu humide pour construire quelque chose qui a la même fonction. Dit comme ça, c'est un peu aberrant. Y a-t-il moyen à l'avenir, quand on fait un développement comme ça, de sortir des paramètres qu'on connaît pour faire un meilleur contournement? » a déclaré Mme Ouellet lors de la dernière séance du conseil municipal.

Consciente qu'elle ne possède pas de solution concrète pour le moment, Mme Ouellet citait un article portant sur l'eau et le développement urbain. « Selon cet article, il est plus avantageux de favoriser l'absorption des eaux de ruissellement par la terre près du point de précipitation que de construire un réseau de canalisation qui aura à transporter une énorme quantité d'eau jusqu'à un point de rejet.

« Je pense qu'il faut changer notre façon de construire les nouveaux quartiers. On détruit des milieux humides parce qu'on décide de construire par-dessus. Y a-t-il des modes de conception qui permettent d'intégrer les milieux humides dans les projets pour nous aider à limiter les impacts des changements climatiques? Il ne faut pas aller contre ce que nous avions déjà établi simplement pour faire plaisir à un promoteur. Il faut respecter le schéma d'aménagement et utiliser les outils que nous avons. »

Pour Christine Ouellet, la conservation des milieux humides et des forêts possède une valeur. « À Montréal, ces biens immatériels représentent une valeur de quatre milliards de dollars. Je demande à nos services de considérer ce nouveau concept très intéressant qu'on appelle l'aquaresponsabilité dans la façon de penser nos projets de développement. »

Dans la même séance du conseil du 21 décembre, les élus ont aussi amendé le règlement sur la construction des bassins de rétention pour les soustraire de l'obligation d'être clôturés. La Ville souhaite d'ailleurs mettre en place un guide de conception des bassins de rétention des eaux pluviales pour permettre une gestion durable des eaux de pluie.

Dans le sommaire décisionnel, on lit que les bassins de rétention doivent « désormais être réalisés dans une perspective d'intégration urbaine réussie ». « L'aménagement des bassins se fera en privilégiant des pentes faibles, en intégrant des végétaux ou en les conservant, en reboisant. » Le bassin, qui pourra être intégré dans un parc et servir de lieu de détente, pourra avoir une fonction récréative.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer