SPES-Haïti démarre un projet en pédopsychiatrie

L'organisme SPES-Haïti démarre un projet de prévention en... (Archives La Tribune)

Agrandir

L'organisme SPES-Haïti démarre un projet de prévention en matière de santé mentale en Haïti en ciblant le choc post-traumatique des enfants à la suite du tremblement de terre de 2010.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le nouvel organisme de solidarité internationale sherbrookois SPES-Haïti démarrera un projet pour créer une ouverture en matière de prévention de la santé mentale.

Le projet se déroulera à Léogane, l'épicentre du séisme de 2010 en Haïti, où les enfants qui étaient en bas âge à l'époque sont rendus sur les bancs d'école.

« Par cet élément d'histoire, nous voulons tenter de voir quels sont les troubles post-traumatiques vécus chez les enfants. Des traumatismes, il y en a aussi dans plusieurs autres domaines. Cet outil de dépistage permettra aux infirmières, médecins et ceux qui leur enseignent en Haïti de reconnaître les séquelles de psychotraumatisme chez les enfants. Le domaine de la santé mentale est tabou en Haïti comme dans plusieurs pays en voie de développement. Dans les objectifs en matière de santé materno-infantile, on parle d'alimentation, de prévention, d'infection, mais rien en matière de santé mentale », explique la présidente de SPES-Haïti, Dre Lucie Brazeau-Lamontagne.

Le pédopsychiatre du CHUS nouvellement à la retraite, le Dr Yves-Marie Mérat, chapeautera ce projet en Haïti.

« Il sera responsable de monter un outil et de le tester afin qu'il soit d'usage auprès des soignants et du personnel infirmer. Nous voulons démarrer quelque chose pour faire de l'enracinement clinique en matière de santé mentale. Nous voulons axer sur les besoins des enfants qui devraient ouvrir la porte vers les parents. C'est une façon d'avoir accès aux communautés en matière de santé », mentionne la Dre Brazeau-Lamontagne.

C'est la Fondation Roncalli qui finance ce nouveau projet de SPES-Haïti, qui se veut une incursion dans le domaine de la santé mentale dans l'objectif de rejoindre les adultes.

Dans le cadre de ce projet, SPES-Haïti entend accompagner un médecin haïtien, Dre Fritzna Blaise. Celle-ci souhaite terminer une spécialité en pédopsychiatrie sous la supervision des Dr Yves-Marie Mérat et Dr Albert Lamontagne dans le cadre d'un préceptorat de la faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke.

« Cette reconnaissance pourra lui permettre de bâtir son dossier de développement professionnel. Elle devrait pouvoir développer de la formation des médecins, des infirmières et faire de la pédopsychiatrie. Il y a des besoins ressentis et exprimés en matière de pédopsychiatrie. Nous voulons partir de la base et réseauter avec les autres professionnels. Nous favorisons de petites actions qui nous permettent de bâtir des projets plus vastes pour faire une différence terrain », explique la Dre Brazeau-Lamontagne.

Les projets de SPES-Haïti peuvent être consultés au www.speshaiti.org.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer