Un futur pavillon en médecine personnalisée dans la mire

Un tout nouveau pavillon de médecine personnalisée et... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Un tout nouveau pavillon de médecine personnalisée et de recherche translationnelle pourrait voir le jour sur le campus de la santé, à proximité de l'Institut de pharmacologie de Sherbrooke. Selon le doyen de la faculté de médecine de l'UdeS, Pierre Cossette, aucun échéancier n'est avancé pour le moment. « On n'a pas d'échéancier clair parce qu'on veut commencer par voir quelles sont nos chances de financement. »

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) de l'Université de Sherbrooke souhaite construire un pavillon de médecine personnalisée et de recherche translationnelle, qui viserait à favoriser le développement de la médecine spécialisée. Si le projet se concrétise, la construction verrait le jour sur le campus de la santé dans l'arrondissement de Fleurimont, près de l'Institut de pharmacologie de Sherbrooke (IPS). Le projet est évalué à près de 58 M$.

Dr Pierre Cossette... (Spectre Média, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Dr Pierre Cossette

Spectre Média, Maxime Picard

Il s'agit de l'un des quelque 50 projets sélectionnés par la campagne majeure de financement D'avenirs et de passions de l'UdeS.

« La FMSS travaille avec le CIUSSS de l'Estrie- CHUS pour développer la recherche sur les applications médicales vers la médecine personnalisée ou médecine de précision. Autrement dit, c'est d'aller plus loin pour donner le bon traitement au patient, essayer d'identifier d'avance ceux qui vont répondre ou moins bien répondre. Il y a tout un courant dans ce domaine-là », explique le Dr Pierre Cossette, doyen de la FMSS.

La description sur le site de l'UdeS décrit l'initiative comme un « modèle unique au pays ».

« En Estrie, on est très avancé dans l'intégration des données. Il y a le dossier clinique informatisé du CHUS, on a de grandes bases de données de recherche, et on a tous nos autres plateaux de recherche. Le but c'est de développer de nouvelles applications. On le fait déjà. On veut aller plus loin là-dedans. On veut rassembler des experts en médecine, en informatique, en sciences fondamentales pour aller plus loin et aider les professionnels de la santé à prendre les bonnes décisions pour les patients. »

Le Dr Cossette estime que cette initiative permettrait d'aller plus loin dans les soins aux patients, mais cette avenue exige beaucoup de recherche.

Aucun échéancier

Selon le Dr Cossette, aucun échéancier n'est avancé pour le moment. « On n'a pas d'échéancier clair parce qu'on veut commencer par voir quelles sont nos chances de financement. Pour ce pavillon-là, on a une partie de l'équipement scientifique pour lequel on a déjà eu une subvention très importante de la Fondation canadienne de l'innovation.

On est en train de ramasser les différents morceaux du casse-tête pour être capable de présenter un beau projet. Peu importe quel partenaire gouvernemental on a, on a toujours besoin d'une portion de financement interne et la grande campagne va nous aider à trouver ce financement-là. » L'édifice compterait 4000 mètres carrés. « On a besoin de contributions provenant à la fois de différents niveaux et de la campagne majeure. »

«L'équipement dans le LSC a besoin d'être remplacé et d'être modernisé.»


La FMSS amasse également des fonds dans le cadre de la campagne majeure afin de poursuivre le développement du projet de laboratoire de simulation clinique (LSC). Le Dr Cossette rappelle que le développement du LSC compte plusieurs phases et les deux partenaires responsables (l'UdeS et le CHUS) attendent encore le financement gouvernemental pour la première phase. 

« L'équipement dans le LSC a besoin d'être remplacé et d'être modernisé, car il se développe de nouveaux outils et de nouveaux équipements régulièrement. Ce sera un besoin permanent de remplacer et de développer de nouveaux équipements. »

Rappelons que même s'il n'a pas encore été inauguré officiellement, le LSC de la FMSS et du CIUSSS de l'Estrie-CHUS est maintenant en fonction; même chose pour les installations de Longueuil. L'implantation prévue à l'hôpital Hôtel-Dieu a toutefois été mise sur la glace en raison du contexte budgétaire.

Le laboratoire permet par exemple de recréer une salle d'opération ou l'environnement des soins intensifs, pour simuler l'apprentissage de certaines techniques de base nécessaires à certains professionnels.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer