Sports-Études: le ministre Blais veut «réévaluer» le dossier

Le ministère de l'Éducation a avisé l'école du... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le ministère de l'Éducation a avisé l'école du Triolet qu'elle devait se conformer au programme pédagogique québécois en prévoyant des cours d'éducation physique à la grille-horaire de tous ses élèves, y compris ceux inscrits en sport-études.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Le ministre de l'Éducation, François Blais, entend réévaluer l'impact de sa décision d'obliger tous les élèves inscrits en sport-études de suivre des cours d'éducation physique, même si ceux-ci consacrent déjà trois heures par jour à l'entraînement dans le cadre de leurs études.

François Blais... (Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

François Blais

Archives La Presse

Cette directive touche directement l'école secondaire du Triolet de Sherbrooke qui offre le programme sport-études à quelque 700 élèves de la première à la cinquième secondaire. Sur les quarante-six écoles secondaires du Québec qui offrent le programme sports-études, quatre étaient dans la même situation que le Triolet. Cette dernière bénéficiait depuis quelques années d'une dérogation lui permettant d'intégrer sporadiquement des cours d'éducation physique à l'intérieur des séances d'entraînement.

Or, en septembre 2014, le ministère a avisé l'école du Triolet qu'elle devait se conformer au programme pédagogique québécois en prévoyant des cours d'éducation physique à la grille-horaire de tous ses élèves, y compris ceux inscrits en sport-études.

«On sait cependant qu'il y a des endroits où il y a du mécontentement.»


En décembre dernier, le conseil d'établissement a entériné la demande du ministère de façon à ce que les cours d'éducation physique apparaissent à la grille-horaire dès la rentrée scolaire de 2016-2017.

Or, il semble que la nouvelle directive a soulevé du mécontentement puisque le cabinet du ministre Blais a indiqué à La Tribune mercredi qu'il était à « réévaluer » la situation.

« Dans la très grande majorité des écoles qui offrent le sport-études, il n'y a aucun problème, a souligné Julie White, attachée de presse du ministre Blais. On sait cependant qu'il y a des endroits où il y a du mécontentement. On va donc analyser la situation de nouveau. Nous sommes d'ailleurs en contact avec le député (de Sherbrooke) Luc Fortin là-dessus », a ajouté la porte-parole ministérielle.

La direction du Triolet ne semblait pas au courant de la position du ministre Blais puisque les modifications demandées ont été approuvées par le conseil d'établissement lors de sa dernière réunion tenue en décembre.

Le directeur de l'établissement, Martin St-Jean, a fait savoir mercredi que les modalités adoptées prévoient l'ajout d'une période d'éducation de 30 minutes par cycle de neuf jours. De façon à respecter le ratio heures/cours de chacune des matières prévues au programme pédagogique et du programme sports-études, certaines matières telles que le français, l'anglais, les sciences et les mathématiques, seront amputées d'autant de minutes, a indiqué le directeur du Triolet.

Selon lui, cette façon de faire ne devrait pas nuire au cheminement des élèves puisque le temps amputé sera réparti sur les cinq niveaux du secondaire sur une période de cinq ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer