• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > 2016 marquée par les turbulences dans le milieu municipal, selon la FTQ 

2016 marquée par les turbulences dans le milieu municipal, selon la FTQ

Daniel Boyer... (Archives La Presse)

Agrandir

Daniel Boyer

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque

(Montréal) Après son combat dans le secteur public en 2015, la FTQ s'attèlera en 2016 aux fortes turbulences qui frappent ses nombreux syndicats dans le milieu municipal.

Déjà, plusieurs syndicats contestent devant les tribunaux la loi qui a imposé un partage du coût des régimes de retraite dans le milieu municipal, mais un autre front risque de s'ouvrir cette année avec l'engagement du ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, de permettre aux villes de décréter les conditions de travail de leurs employés en cas de négociation infructueuse.

La direction de la FTQ, qui tenait mercredi sa traditionnelle conférence annuelle de début d'année, voit là une situation inédite, du jamais vu au Canada, dit-elle. Même le gouvernement du Québec doit recourir à une loi spéciale s'il veut imposer des conditions de travail à ses employés et il doit à chaque fois le justifier, fait valoir la direction de la FTQ.

La FTQ représente des milliers d'employés municipaux par le biais de son Syndicat canadien de la fonction publique.

Par ailleurs, le président de la FTQ, Daniel Boyer, s'est dit peu impressionné par le bilan du gouvernement Couillard en matière de création d'emplois. Il est loin d'être en voie de respecter son engagement de créer 250 000 emplois en cinq ans, alors qu'il en est au tiers de son mandat.

La FTQ revendique donc l'adoption d'une véritable politique industrielle, insatisfaite qu'elle est des emplois créés par la stratégie maritime et le plan Nord du gouvernement Couillard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer