Le palais de justice ciblé par un graffiteur

Un graffiti réalisé sur le mur du palais... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Un graffiti réalisé sur le mur du palais de justice était encore visible mardi matin.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Service de police de Sherbrooke est préoccupé par une série de graffitis réalisés au centre-ville, dont sur l'édifice Raynald-Fréchette abritant le palais de justice.

Cet individu est recherché par le SPS en... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Cet individu est recherché par le SPS en lien avec une série de graffitis.

Photo fournie

Encore mardi, un graffiti qui peut être relié à une série qui aurait commencé en septembre 2015 était encore visible sur l'édifice de justice.

« L'église catho a toujours traité les femmes comme des merdes », a écrit le graffiteur à la peinture noire.

En novembre dernier, un individu avec la même calligraphie a ajouté à sa série entamée au même endroit sur le mur du palais de justice de Sherbrooke avec cette inscription : « Ne pas tenir des propos haineux envers la féminitude c'est enseigner le respect pour 4,000,000,000 d'êtres humains ».

Le Service de police de Sherbrooke mentionne que cette série d'inscriptions sur le palais de justice de Sherbrooke a commencé à la mi-septembre.

Le 14 septembre, ce sont des propos concernant « les viols d'enfants et le peuple des femmes » qui avaient été peints sur les murs du palais de justice. À la mi-octobre, le méfait concernait l'hypersexualisation tandis que le 19 octobre, l'inscription faisait référence à Dieu.

Un individu d'une vingtaine d'années est d'ailleurs recherché par le SPS à la suite de ces inscriptions faites avec une peinture verte en référence à Dieu : « Fuck you god » et « Fuck u god », « U god » et « All saints must die ».

Ces inscriptions ont été faites au centre-ville de Sherbrooke de même que sur des édifices à l'intersection des rues McManamy et Belvédère.

Au moment des événements où il a été capté sur une caméra de surveillance, il portait un manteau d'hiver avec un capuchon et une tuque noire. Le suspect portait une barbe.

« Tous ces graffitis ont rapport à la même thématique. La façon de faire est similaire d'un événement à l'autre », explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

Le SPS se tourne vers la population pour obtenir de l'information relative à cet individu.

« Des liens peuvent être faits entre chacune de ces inscriptions. Nous allons analyser la calligraphie et la peinture utilisée », explique le porte-parole du SPS.

Toute information concernant cet individu peut être communiquée à la division du SPS au 819 821-5544 ou à Échec au crime au 1 800 711-1800.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer