Funeste fumée

La salle de spectacle la Petite boîte noire... (La Tribune, archives)

Agrandir

La salle de spectacle la Petite boîte noire de la rue Wellington Sud a été la proie des flammes dans la nuit du 17 janvier.

La Tribune, archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Rétrospective / Des incendies ont défiguré certaines parties du centre-ville de Sherbrooke en plus de coûter la vie à deux personnes en 2015.

L'épaisse fumée noire dans le corridor de l'immeuble en flammes du 471 de la rue Wellington Sud à Sherbrooke aurait causé la perte de Sarah-Rita Menga, qui a succombé à l'intoxication à la fumée dont elle a été victime le 22 novembre. Elle a réussi à quitter son logement avec son conjoint lorsque la fumée dans le corridor l'a fait paniquer. La victime a été retrouvée inconsciente à l'intérieur de l'immeuble alors que celui-ci brûlait depuis déjà plusieurs minutes. Outre la victime, six autres personnes ont été évacuées lors de cet incendie dans un immeuble de trois étages et de neuf unités locatives.

Un feu de friture est à l'origine d'un incendie qui a coûté la vie à un homme de 74 ans de Sherbrooke à la fin avril sur la rue Bowen Sud. Il préparait des frites sur sa cuisinière lorsque l'huile s'est enflammée. Il a jeté le chaudron par terre et a tenté de sortir. La victime de l'incendie présentait des problèmes respiratoires. L'homme de 74 ans a été trouvé en arrêt cardio-respiratoire dans le portique de son logement par les pompiers.

La salle de spectacle la Petite boîte noire de la rue Wellington Sud a été la proie des flammes dans la nuit du 17 janvier. Il est impossible pour les enquêteurs de déterminer si l'incendie est accidentel ou intentionnel. Des fouilles avaient été faites dans les décombres à l'arrière de la bâtisse après cet incendie qui a fait pour 500 000 $ de dommages, dont 350 000 $ seulement pour la bâtisse. Les flammes ont pris naissance à l'extérieur et à l'arrière de l'édifice près de la boîte électrique. Les sept logements situés aux étages supérieurs ont été rapidement évacués dès le début de l'incendie.

La Commission des liqueurs et le restaurant La Suite de Sherbrooke ont rouvert rapidement leurs portes après un incendie qui a causé pour environ 300 000 $ de dommages au début octobre. Une fois le choc de l'incendie passé, plusieurs équipes se sont mises à l'oeuvre pour effectuer le nettoyage et les réparations nécessaires à la remise en service des établissements de la rue Webster. C'est une défectuosité dans une pièce réservée aux employés qui est à l'origine du sinistre.

Un article de fumeur est à l'origine d'un incendie qui a complètement détruit une résidence historique située dans le secteur Ascot à Sherbrooke. La résidence de la ferme Boisclair érigée autour de 1870 a été la proie des flammes à la fin octobre jetant ses six locataires à la rue.

Des incendies à la Commission Charbonneau

L'Estrie a fait partie du rapport de la Commission Charbonneau. La série d'incendies criminels dans des entreprises de ponceaux en Estrie autour de 2010 occupe une place dans le volumineux rapport de la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction déposé en novembre. La commissaire France Charbonneau fait état des conséquences du stratagème mis en place par Raymond Coulombe où Les Ponceaux de l'Estrie voulaient garder le contrôle de ce domaine dans l'objectif de camoufler leurs activités criminelles de trafic de stupéfiants. Jocelyn Anctil du Groupe Anctil de Saint-Denis-de-Brompton avait été appelé à la barre de la commission Charbonneau à l'automne 2013 pour faire état des conséquences sur ses trois commerces lorsqu'il a pris de l'expansion dans le commerce de la vente de ponceaux. Le groupe de Ray Coulombe a été arrêté et condamné dans le cadre de l'opération Hégémonie réalisée en juin 2011.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer