Inspirations 2015 : Bec et ongles pour Raif

Le combat d'Ensaf Haidar pour la libération de... (Fournie)

Agrandir

Le combat d'Ensaf Haidar pour la libération de son mari Raif Badawi suscite beaucoup de compassion partout sur la planète. Le groupe U2 avait eu une pensée pour le blogueur saoudien lors de son passage à Montréal.

Fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) Personnalités inspirantes / La manucure sur ses doigts délicats attirait le regard. De l'index à l'auriculaire, sur chacune de ses mains, huit lettres formaient les mots FREE RAIF. C'était un détail, mais il disait beaucoup. Il imageait à quel point Ensaf Haidar allait se battre pour la libération de son époux : bec et ongles.

C'était en janvier dernier. Elle militait depuis déjà des mois pour sortir Raif Badawi de la prison saoudienne où il est toujours détenu pour avoir tenu un blogue jugé trop libéral. Un tour de calendrier plus tard, elle n'a pas diminué la cadence d'un chouia. Sans relâche, sans jamais laisser le désespoir prendre le pas sur le reste, la toute menue Ensaf mène bataille. Elle accorde des entrevues aux médias de partout, elle plaide la cause de Raif auprès des politiciens d'ici et d'ailleurs, elle traverse l'Atlantique quand il le faut. Elle tient bon, elle tient tête sans perdre pied et sans jamais remiser l'espoir. Déjà, tout ça force l'admiration. Comment elle fait? On ne sait pas. Ce qu'on sait, c'est qu'elle est aussi la mère de trois jeunes enfants qu'elle a dû accompagner dans la tempête. Avec eux, en même temps qu'elle menait campagne pour la libération de son mari, elle a dû apprendre les codes d'un nouveau pays. Apprivoiser l'hiver. Assimiler le français. Comprendre notre système d'autobus, d'éducation, de santé, de monnaie, alouette!

S'adapter à une nouvelle culture, même quand elle nous ouvre les bras, c'est épuisant. Alors on le répète : on ne sait pas comment elle fait. Mais elle nous impressionne. Et nous inspire à rêver de plus, à rêver de mieux, à se tenir debout pour ce qu'on croit juste.

Un exemple de courage et de détermination

« C'est dans les plus fortes tempêtes qu'on voit les arbres les plus solides et cette épreuve en est toute une pour la famille Badawi. Bien que son mari soit emprisonné depuis plus de trois ans, Mme Haidar refuse de rendre les armes, de se replier dans une attitude fatalisme. Sa persévérance est impressionnante. »

- Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke

« Mme Ensaf Haidar a toute mon admiration. Elle est un exemple de courage et de détermination. Chacun à notre façon, ici à Sherbrooke et à travers le pays, appuyons sa lutte pour la libération de Raif Badawi et pour la liberté d'expression qui nous est si chère. J'espère que la famille Haidar-Badawi pourra être réunie en 2016. »

- Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et de la Francophonie

« J'admire Mme Haidar pour son courage, sa détermination et sa ténacité face à l'adversité. Pensons un instant à ses inquiétudes, aux événements qui l'ont amenée parmi nous, à son mari Raif, emprisonné pour avoir exprimé ses opinions. La grande vague de solidarité que nous ressentons tous à son endroit dépasse les frontières du Canada, puisqu'elle s'appuie sur la liberté, valeur universelle qui doit guider les peuples. »

 - Philippe Couillard, premier ministre du Québec

« Les autorités saoudiennes souhaitent sans doute que la flamme s'éteigne pour qu'on oublie. Or, c'est elle, à travers son combat, qui reste le tison ardent. Sa détermination patiente et pacifiste est de la vitamine citoyenne face à notre sentiment d'impuissance. »

- Vincent Graton, comédien

« Je suis de tout coeur avec Mme Haidar et ses enfants et je souhaite la libération de M. Badawi.

Mme Haidar utilise les leviers politiques et médiatiques auxquels elle a accès avec beaucoup de détermination et de bravoure et elle mérite certainement notre reconnaissance.  »

- Guy A. Lepage, qui l'a reçue à Tout le monde en parle

« Ce que Mme Haidar endure est inimaginable. En même temps que l'angoisse de ne pas savoir quel sort est réservé à son mari, elle doit assumer sa charge de mère, être réconfortante pour ses trois enfants. Il faut qu'elle continue à sentir que nous sommes derrière elle et qu'elle n'est pas seule au front. »

-  France Beaudoin, animatrice de télévision

Propos recueillis par Luc Larochelle

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer