Inspirations 2015 : Tendre la main à l'étranger

L'infirmier sherbrookois Patrick Raymond s'est rendu au Népal... (Tirée de Facebook)

Agrandir

L'infirmier sherbrookois Patrick Raymond s'est rendu au Népal le printemps dernier afin de prêter main-forte à cette population ébranlée par un important séisme. On le voit ici lors d'une précédente mission humanitaire.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Après avoir constaté la désolation engendrée par un important séisme au Népal le printemps dernier, l'infirmier sherbrookois Patrick Raymond s'est rendu dans un camp de réfugiés de la Croix-Rouge en Allemagne cet automne afin de prêter main-forte aux populations.

« J'étais dans un camp de transit. La Croix-Rouge allemande supervisait 300 camps de réfugiés au pays. Il y avait deux camps de réfugiés de transit, là où les réfugiés rentraient. On leur servait à manger, donnait des kits d'hygiène, un numéro d'autobus », raconte celui qui s'assurait du bon fonctionnement auprès du personnel.  

Chaque jour, environ 2000 à 2500 réfugiés transitaient par ce camp. Des gens venus principalement de la Syrie, de l'Irak, mais aussi du Bangladesh et de l'Afghanistan, entre autres. « On enregistrait toutes les personnes qui entraient. »

« Il y a des jours où ça arrivait à coup de 10 000 à la frontière. »

Là-bas, il a assisté aux retrouvailles émouvantes d'un père réfugié et de son enfant qui se sont perdus sur la route vers l'Allemagne, avant de parvenir à la frontière allemande. « On avait l'enfant de quatre ans, et l'autre camp avait le père. »« C'est toujours bien émouvant. »

Du Mozambique au Congo

L'infirmier cumule plusieurs missions humanitaires, dont au Mozambique, en Jordanie et au Congo. La mission réalisée en sol népalais ce printemps s'est avérée fort complexe en raison de l'inaccessibilité de certaines zones et du relief montagneux. Patrick Raymond était membre d'une délégation de la Croix-Rouge canadienne afin de mettre sur pied un hôpital de campagne à la suite du terrible tremblement de terre survenu en avril.

Il s'est envolé en Allemagne à l'automne. « Je cherchais une mission. Ça faisait déjà cinq mois que j'étais revenu, lance-t-il en riant. La Croix-Rouge avait besoin de soutien dans la coordination (...) Avec l'expérience que j'ai, la Croix-Rouge m'a contacté. »

En général, les missions auxquelles il participe durent entre quatre et six semaines. « J'essaie d'être là pour mes enfants, ma famille », souligne le père de jumeaux de six ans.

Patrick Raymond avait 16 ou 17 ans quand il a su qu'un jour, il prêterait main-forte à ceux qui sont dans le besoin. Les missions humanitaires l'appelaient. Il se souvient avoir eu un déclic après avoir vu un spectacle donné pour l'Afrique du Sud, au temps de l'apartheid. Il a d'abord suivi la formation pour devenir ambulancier. « Je suis devenu infirmier, car le plus beau passeport pour travailler dans le monde, c'est là! »

Et pour 2016? Il a déjà postulé pour faire partie d'une équipe nationale de la Croix-Rouge prête à intervenir en cas de désastre majeur. Il poursuivra également un diplôme d'études supérieures spécialisé en santé mondiale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer