Inspirations 2015 : Cultiver une terre d'accueil

Au côté de son fils Calile, le pharmacien... (La Tribune archives, Jessica Garneau)

Agrandir

Au côté de son fils Calile, le pharmacien retraité Alain Haddad joue au sein du comité exécutif de l'Église syriaque orthodoxe un rôle de premier plan dans l'accueil des réfugiés syriens à Sherbrooke.

La Tribune archives, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'histoire de sa propre famille n'est certes pas étrangère à la détermination du Sherbrookois Alain Haddad à assurer en sol estrien une terre d'accueil pour les réfugiés syriens. Il y a près d'un siècle, après que le patriarche de la famille eut la tête coupée par des musulmans qui persécutaient les chrétiens de Nardin, un village syrien cédé à la Turquie, le père d'Alain Haddad est débarqué au Québec où il a été accueilli chaleureusement.

« Ça joue énormément, c'est certain, concède le président du comité exécutif de l'Église syriaque orthodoxe Saint-Éphrem. La famille a fui parce que mon grand-père avait été tué. La situation à cette époque était terrible, tout comme ce qui se vit présentement en Syrie. Fondamentalement, ça nous interpelle. On réalise la chance qui est la nôtre de sauver des gens et leurs enfants. C'est un devoir de faire tout en notre pouvoir pour les amener vers une terre d'accueil où ils rencontreront un peuple québécois accueillant et généreux. »

Alain Haddad n'est pas seul au sein de cette entreprise colossale d'installer à Sherbrooke et en région plusieurs dizaines de familles syriennes fuyant les violences quotidiennes. Au sein du comité exécutif de l'Église syriaque orthodoxe St-Éphrem qu'il préside, plusieurs membres de la communauté, dont son fils Calile, restaurateur propriétaire du Scores, et son frère Dominic, un homme d'affaires connu en région. Son fils Alain junior, pharmacien comme papa, et son frère Henry, médecin et ancien président de l'Association médicale canadienne, ne sont aussi qu'à quelques jets de pierre des bénévoles.

« On est assez connu en région et nous avons assez bonne réputation pour que les gens nous accordent leur confiance, constate Alain Haddad. Ils savent aussi que les gens de notre communauté s'adaptent facilement, que nous sommes des gens corrects, sans tache, engagés dans notre collectivité. »

Un engagement qui a cependant souffert des années Harper, admet Alain Haddad, qui aura tout de même réussi avec les membres de son Église à accueillir une quarantaine de familles à Sherbrooke depuis 2011, des Irakiens persécutés surtout. Depuis le début décembre, c'est une quarantaine de Syriens qui sont arrivés à leur tour, dont une famille hier encore, à qui l'Église a fourni un logement et des meubles, en partie grâce à la générosité de la communauté. On ne sait encore combien de Syriens seront dirigés vers Sherbrooke en 2016.

« Les gens sont généreux et accueillants, et en ce moment, on compte aussi sur des gouvernements ouverts aux réfugiés, se réjouit Alain Haddad. La photo du jeune garçon mort sur la plage (N.D.L.R. Aylan Kurdi) a éveillé les consciences et fait bouger les choses. Le chemin de l'accueil s'est enfin ouvert. »

C'est là un élan bienvenu pour Alain Haddad et ses proches, et le pharmacien retraité le déclare sans détour, un encouragement à ne surtout pas ralentir la cadence. « Je ne veux pas ralentir dans ma communauté, je ne veux pas non plus ménager les efforts d'y intégrer d'autres gens qui vivent des situations effroyables. Peu importe sa religion, personne ne devrait être malmené comme le sont les Syriens en ce moment. On ne peut que leur souhaiter d'intégrer une terre de paix comme ça l'est ici où on ne juge pas les gens sur leur religion ou leur culture comme dans d'autres pays.

« Et il est facile de s'intégrer au Québec, je le répète toujours aux gens qui arrivent. Ici, on doit commencer à apprendre le français dès son arrivée, puis s'intégrer à la société, vivre comme les Québécois, c'est leur message qu'on leur lance en partant. Et c'est un message très bien reçu. »

Et sans doute très bien véhiculé par Alain Haddad et ses proches.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer