Deux policiers sauvent un bébé

Grâce à leur intervention rapide, les policiers Sébastien... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Grâce à leur intervention rapide, les policiers Sébastien Houle et Éric Simoneau ont sauvé la vie d'un bébé de 14 mois le lendemain de Noël.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) À 8 h 58 samedi, un appel est entré à la centrale du 911 : un petit garçon de 14 mois venait de s'étouffer. Il ne pouvait plus respirer, le temps pressait.

Par hasard, les agents Sébastien Houle et Éric Simoneau, du Service de police de Sherbrooke, se trouvaient à ce moment-là presque à côté du domicile de la rue Pierce, à Lennoxville, où se déroulait l'affaire. À 9 h 2, ils étaient dans la maison, premiers à arriver sur les lieux.

« D'habitude, les ambulanciers arrivent avant nous sur ces cas-là. Ç'a juste adonné qu'on était vraiment à côté », relate M. Simoneau.

« C'est un des appels stressants qu'on peut avoir. Des premiers soins, on en fait à l'occasion, mais ce n'est pas notre spécialité, donc on veut être sûrs de faire les bonnes manoeuvres, de ne pas faire d'erreurs », renchérit son collègue.

En effet, lors de leurs cours en techniques policières, les étudiants apprennent des bases de secourisme.

Par contre, ils n'ont pas d'obligation de refaire des formations par la suite. 

Heureusement, les deux hommes se souvenaient bien de la matière apprise et sont donc intervenus rapidement dès leur arrivée. Ils ont installé l'enfant en équilibre sur le bras de l'agent Simoneau, la tête vers le bas, et lui ont donné des tapes dans le dos comme le veut la méthode.

« Il a fini par tousser, par s'étouffer un peu, et on l'a senti respirer. Chaque fois qu'on remettait sa tête vers le haut, il semblait perdre conscience à nouveau, donc on l'a maintenu la tête vers le bas en attendant l'arrivée des ambulanciers », relate Éric Simoneau.

Ceux-ci sont arrivés pour prendre le relais environ cinq minutes plus tard; un délai qui paraît court, mais qui peut tout changer dans un cas d'étouffement.

Les agents ont suivi l'ambulance jusqu'à l'hôpital afin de s'assurer que la vie du bambin était sauve. Là bas, ils ont eu droit à de sincères remerciements de la part de la famille, et ont pu voir le petit rire avec ses cousins, déjà remis en bonne partie de ses émotions.

Évidemment, un tel moment a illuminé la journée de la famille et des agents. « Ce n'est pas la majorité de nos interventions qui se finissent avec une fin heureuse. En avoir une aujourd'hui dans le temps des Fêtes, ça se prend bien », disait samedi l'agent Houle en souriant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer