«Assez de cash pour compenser les amendes»

Le jour des soldes d'Après-Noël est attendu toute... (Photo La Tribune, Camille Dauphinais-Pelletier)

Agrandir

Le jour des soldes d'Après-Noël est attendu toute l'année par les employés du Urban Planet, qui se donnent comme mission d'effectuer un service à la clientèle exceptionnel ce jour-là. Jessica Pepin, Edgar Posadas, Dominique Drouin et Emie Boulet faisaient en sorte samedi que les promotions de la boutique soient connues de tous.

Photo La Tribune, Camille Dauphinais-Pelletier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'est samedi, il est 11 h et la boutique de vêtements Urban Planet grouille de monde. Les soldes d'Après-Noël ont attiré beaucoup de clients dans le magasin qui est ouvert depuis 9 h, malgré l'interdiction légale d'ouvrir avant 13 h le 26 décembre.

«Toutes les années on ouvre avant 13 h, parce qu'il y a tout le temps du monde dans le mail tôt. Ils sont au courant que nos soldes valent vraiment la peine, et donc ils viennent. Après, on paye l'amende, ça ne nous dérange pas», affirme Andrée-Anne Viens, gérante du magasin.

Selon la Loi sur les heures et les jours d'admission dans les établissements commerciaux, le 26 décembre, la plupart des commerces de détail ne peuvent ouvrir qu'à partir de 13h. La première infraction amène une amende minimale de 1500$, et les récidives, de 3000$. «Dans la détermination du montant de l'amende, le tribunal peut tenir compte des avantages et de revenus tirés de l'exploitation de l'établissement», souligne de plus le site web du ministère de l'Économie.

Il faut dire que les 28 employés qui étaient sur place samedi ne risquaient pas de chômer. En plus des caisses qui fonctionnaient à plein régime, il fallait aider la clientèle à s'y retrouver parmi les rabais. «Où sont les leggings à 2$?» lançait d'ailleurs une femme en entrant.

On se doute donc que l'amende ne représente pas un tribut très élevé comparativement aux profits générés ce jour-là.

Et il n'y avait pas que les sacs roses du Urban Planet qui se balançaient au bout des bras des clients. La petite boutique de chaussures Verona était pleine.

«C'est vraiment pour accommoder la clientèle qu'on fait ça, il y a une grosse demande. Les clients détestent arriver dans le gros boom de trafic, ils préfèrent être là de bonne heure», affirme le gérant André Fontaine, qui soutient avoir fait la même chose l'an passé et ne pas avoir eu d'amende.

Certains autres magasins, comme le Amnesia et le Sirens, optaient pour la même stratégie, mais ils étaient pour leur part quasiment vides de clients. Leur localisation, complètement à la fin d'un corridor du centre commercial, pourrait leur avoir nui.

«Peut-être qu'un jour il va y avoir assez d'employés à cette heure-là pour que ça vaille la peine, mais en ce moment, on est neuf à tourner en rond! Ça va commencer plus vers midi», relevait une employée du Amnesia.

En plus de fouiner dans les commerces ouverts, certains faisaient la file devant la porte close de certaines boutiques. Devant le H&M, une bonne ligne commençait à se former autour de 11 h, soit 2 h avant l'ouverture du magasin.

«Les 100 premiers arrivés ont des cartes-cadeau, et pour les 10 premiers, le montant est plus gros», donne comme explication Alexandra Huard-Lamothe, deuxième dans la file avec son amie Nada Nait Abbou.

«À 50 %, on peut en acheter plus!»

Devant la boutique de bijoux Caroline Néron, Christiane et sa fille Claudine patientent. Elles veulent être les premières à entrer dans le magasin pour avoir plus de choix. «Ma mère m'achète des bijoux Caroline Néron chaque année. Et là, à 50 %, on peut en acheter plus!», dit en souriant Claudine.

Finalement, pour certains, c'est une surprise de trouver le centre commercial aussi peu animé en ce jour de Boxing Day. C'est le cas de Taib Amina, originaire de France, qui voulait équiper sa famille en vêtements chauds en vue du premier hiver. «En France, ça commence à 8h!»

Les heures d'ouverture indiquées par le Carrefour de l'Estrie pour le 26 décembre 2015 étaient de 13h à 17h, conformément à la loi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer