Yves Charest coupable de pratique illégale de la médecine

Le naturopathe Yves Charest a plaidé coupable à... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Le naturopathe Yves Charest a plaidé coupable à neuf chefs d'accusation de pratique illégale de la médecine.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) « Ses consultations avec Yves Charest lui ont coûté beaucoup de sous, puis elles lui ont coûté la vie. »

Catherine Niles demeure affectée par le décès de sa soeur Patricia en avril 2014. En compagnie de sa soeur Cécile, elle assistait mercredi à Sherbrooke au plaidoyer de culpabilité du naturopathe Yves Charest pour pratique illégale de la médecine.

C'est une plainte de la famille Niles à la suite du décès de Patricia à l'âge de 66 ans que le Collège des médecins du Québec a ouvert une enquête contre Yves Charest.

Le 27 novembre 2014, le Collège des médecins du Québec avait déposé 14 accusations de pratique illégale de la médecine contre cet individu. Il en a reconnu neuf, soit des événements survenus en mars 2014, avril 2014 et juillet 2014.

C'est une enquêteuse du Collège des médecins se faisant passer pour une patiente qui a monté la preuve contre Yves Charest.

Sous l'emprise d'Yves Charest, Patricia Niles est décédée d'un cancer après avoir attendu trop longtemps pour suivre les traitements proposés par son médecin.

« Ma soeur me manque beaucoup. Elle a été diagnostiquée du cancer de l'endomètre en 2011. Les médecins étaient unanimes, elle devait être opérée. Une fois toutes les parties enlevées, il ne devait y avoir ni radiothérapie ou chimiothérapie. Elle aurait pu vivre jusqu'à 100 ans. Malheureusement, elle a rencontré Yves Charest. Il a eu une emprise sur elle. Il lui disait de ne pas aller voir les médecins. Il disait qu'il allait la guérir. Elle a souffert », explique Catherine Niles.

« Ma soeur ne voulait pas croire qu'elle avait un cancer. Trois médecins lui ont confirmé. Le pronostic était cependant encourageant si elle se faisait opérer rapidement. Nous avons constaté qu'elle ne se faisait pas opérer. Tout ce temps-là, elle continuait d'avoir des saignements et des hémorragies. Nous l'avons rentrée de force à l'hôpital un an et demi plus tard, car elle était en train de mourir. Yves Charest la suivait tout ce temps-là. Il avait une emprise sur elle », ajoute Cécile Niles.

Les soeurs de Patricia Niles souhaitent mettre en garde le public contre le type de pratique comme celle d'Yves Charest.

« Les gens qui pratiquent les médecines douces sont pour la plupart très honnêtes. Cependant, il faut faire attention. Quand quelque chose ne semble plus avoir de sens, il faut porter attention » prévient Cécile Niles.

« Yves Charest avait suggéré des produits et de faire un diagnostic avec une machine électronique qui est futile. Mme Niles a donné sa pleine confiance à M. Charest. Sa condition s'est détériorée beaucoup. Elle mettait toute sa confiance envers Yves Charest », explique l'enquêteur du Collège des médecins du Québec, Jean-Louis Granger.

Le moment des observations sur la peine dans le dossier d'Yves Charest sera fixé le 18 janvier 2016.

« La défense proposait l'amende minimale de 1500 $ par chef d'accusation. Nous avons refusé. Notre jurisprudence se situe à environ 5000 $ à 6000 $ par chef d'accusation. La gravité des chefs d'accusation a une incidence beaucoup plus grande. Nous allons faire entendre des témoins pour que le juge soit informé de la gravité des gestes posés », mentionne M. Granger.

« Nous sommes soulagés qu'il reconnaisse sa faute, c'est réconfortant », explique Cécile Niles.

Dans un autre dossier de pratique illégale de la médecine, celui d'Arnaud De Sorgher a été reporté au 23 février prochain.

En mars 2015, le Collège des médecins du Québec avait déposé quatre accusations de pratique illégale de la médecine contre Arnaud De Sorgher. L'ordre professionnel des physiothérapeutes et celui des chiropraticiens ont aussi ajouté deux chefs d'accusation chacun dans cette affaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer