Robert Legault met en garde contre l'alcool au volant

Robert Legault a perdu son permis de conduire... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Robert Legault a perdu son permis de conduire pour deux ans à la suite d'une récidive de l'alcool au volant.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) « Je veux conscientiser les gens à ne pas prendre le volant après avoir bu. Si je peux empêcher qu'une seule personne se retrouve dans le même bourbier que celui où je me trouve, je pourrai dire mission accomplie. »

Le Sherbrookois Robert Legault a perdu son permis de conduire pour une période de deux ans en octobre dernier. La sentence a été prononcée à la suite de son interception lors d'un barrage routier contre l'alcool au volant survenu en mai 2015.

Il s'agissait pour lui d'une récidive. En sept 2007, il avait aussi été pris par la police au volant d'un véhicule alors qu'il avait trop bu.

« La première fois, j'ai dû payer une partie du salaire d'un autre conducteur pour qu'il conduise à ma place », se souvient celui qui était jusqu'à tout récemment livreur et représentant pour une boulangerie de la région.

« Mais cette fois, c'était impossible. J'ai perdu mon travail. Mon employeur n'a pas pu me garder. »

Un sentiment de honte l'habite depuis cette nuit de mai 2015. « La première fois, j'ai vécu ça au jour le jour. La deuxième fois que je me suis fait prendre, j'avais peur de sortir de chez moi », raconte ce communicateur bien connu du monde des sports. « Je savais qu'une partie de mon quotidien allait s'effondrer. »

« Aujourd'hui, je suis en train de me refaire un quotidien. Heureusement que les gens de mon entourage sont là pour m'appuyer. Je m'ennuie des gens de l'équipe de mon ancien travail et de mes clients. »

« Bob » Legault ne jette pas la faute à qui que ce soit. « Je n'ai pas été très intelligent en prenant mon auto ce soir-là. Les policiers ont fait leur travail », convient l'homme de 44 ans. « Avec le temps des Fêtes qui arrive, c'est important de passer le message aux gens je crois. »

« Des gens m'ont demandé si j'ai un problème de boisson. Non, répond-il. Je suis un buveur social. Je peux être des semaines sans boire une goutte. Mon ancien travail me demandait de me lever tôt. »

La vie continue, dit-il. Robert Legault, qui se décrit comme « un battant », a pu se trouver un autre travail dans un centre d'appels à Sherbrooke.

On pourra l'entendre à nouveau au micro de CFLX le 31 décembre et 1er janvier, lors de son traditionnel marathon de chansons du temps des Fêtes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer