Le promoteur de la place Tourigny a le champ libre

Malgré toute l'énergie déployée par les opposants au... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Malgré toute l'énergie déployée par les opposants au projet ces dernières semaines, la place Tourigny pourra être construite sans que le promoteur soit forcé de revoir son architecture de façon importante.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Malgré toute l'énergie déployée par les opposants au projet ces dernières semaines, la place Tourigny pourra être construite sans que le promoteur soit forcé de revoir son architecture de façon importante.

Pour respecter le voeu de certains citoyens, la Ville de Magog tenait hier un registre concernant le projet promu par l'homme d'affaires Gilles Bélanger, celui-là même qui a piloté la construction de l'École Montessori Magog et le Carrefour santé globale.

Il aurait fallu que 15 personnes signent le registre pour que la Ville de Magog soit obligée d'organiser un référendum avant de permettre le projet d'immeuble à bureaux présenté par le promoteur. Or, finalement, seulement 13 électeurs ont apposé leur signature sur le document.

Lors d'une assemblée extraordinaire qui s'est déroulée lundi en soirée, le conseil municipal a donné le feu vert aux modifications au zonage qu'avait réclamées Gilles Bélanger. Huit des neuf conseillers municipaux présents ont voté en faveur des amendements demandés. Seule la conseillère Denise Poulin-Marcotte s'est opposée.

«Je vais essayer de rallier les 13 qui ont signé le registre.»

Gilles Bélanger

Entre autres, grâce aux modifications prévues, Gilles Bélanger pourra ajouter un quatrième étage à son édifice, sans toutefois que la hauteur de ce dernier dépasse 15 mètres. Initialement, le promoteur aurait dû se contenter d'un immeuble de trois étages.

Après avoir appris la nouvelle, M. Bélanger a affirmé qu'il aurait préféré vivre un scénario différent. « Je ne suis pas heureux parce que les gens qui ont travaillé contre mon projet auraient dû se présenter lors de la consultation publique plus tôt cette année. Mais je vais essayer de rallier les 13 qui ont signé le registre », a-t-il déclaré à La Tribune.

Environ 150 emplois seront créés à Magog grâce à la construction de la place Tourigny. La majeure partie de ces emplois auront un lien direct avec le domaine des technologies de l'information et des communications.

La mairesse de Magog, Vicki May Hamm, a pour sa part soutenu que sa ville a remporté son pari dans ce dossier. Par contre, elle a admis ressentir un malaise à cause de la division apparue, ces dernières semaines, au sein de la population magogoise.

« Je suis soulagée de savoir qu'on ira de l'avant, a-t-elle confié. Cela dit, je suis triste de constater qu'aucun compromis n'a pu être trouvé. Le fossé était trop grand entre les demandes des gens et notre position. Il n'était pas possible de sauver la maison Tourigny. »

Un petit groupe d'opposants au projet s'est présenté à l'hôtel de ville de Magog hier soir. Leurs porte-paroles ont formulé peu de commentaires, mais ont promis d'organiser une conférence de presse jeudi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer