Des illustrations à la rescousse

Plus de 70 000 personnes suivent la page... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Plus de 70 000 personnes suivent la page sur Facebook d'Anne-Marie Le Gouill, ses deux premiers ouvrages ont été vendus à près de 10 000 exemplaires chacun en ligne sur le site www.lespictogrammes.com ou dans les librairies.  « Au Québec, mes illustrations sont utilisées à plus de 75 pour cent par des enfants qui ne présentent aucune problématique », soutient Anne-Marie Le Gouill.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Dossier / Imaginés pour augmenter l'intérêt et les apprentissages de son fils atteint du syndrome d'Asperger, les pictogrammes d'Anne-Marie Le Gouill de Sherbrooke font maintenant le tour du monde.

Le premier ouvrage de l'auteure, illustratrice, mais surtout maman d'Antoine diagnostiqué d'un trouble du spectre autistique lui a d'abord servi d'outil pour mieux communiquer avec son fils.

« Les pictogrammes utilisés par les intervenantes d'Antoine ressemblaient à des bonshommes allumettes. Étant donné que mon fils est passionné par les personnages animés, j'ai voulu augmenter son intérêt en créant un personnage pour lui. Les images le reconnectent avec la réalité. Comprendre ce qui se passe dans sa journée ou dans sa semaine contribue à le rendre moins anxieux. Les rappels visuels lui permettent de compléter des séquences de la vie quotidienne. Lorsque j'ai vu que ça fonctionnait, j'ai décidé de faire profiter des illustrations que j'avais crées à  d'autres parents. », explique Anne-Marie Le Gouill qui a fondé sa propre entreprise d'édition et de distributions de ses ouvrages et produits dérivés, les éditions Milmo.

Le premier ouvrage, Les pictogrammes, parce qu'une image vaut mille mots, a été imprimé à 250 exemplaires en 2009. Il a été imprimé, puis réimprimé à de multiples exemplaires pour être maintenant vendu sur tous les continents.

Avec les demandes de parents, les situations de la vie, les commentaires, la banque d'images est passée de 420 à près de 1000, puis des centaines d'autres illustrations se sont ajoutées.

Un deuxième ouvrage, Les pictogrammes, en route vers l'autonomie, a été édité et un troisième est en préparation.

Des coauteurs comme Geneviève Plante, Renée Gagnon, Évelyne Dulude ont contribué aux ouvrages, tandis que Johanne Tarenne y a contribué, et que Joe-Anne Benoît a bâti des formations à partir du concept.

Plus de 70 000 personnes suivent la page sur Facebook d'Anne-Marie Le Gouill, ses deux premiers ouvrages ont été vendus à près de 10 000 exemplaires chacun en ligne sur le site www.lespictogrammes.com ou dans les librairies.  « Au Québec, mes illustrations sont utilisées à plus de 75 pour cent par des enfants qui ne présentent aucune problématique », soutient Anne-Marie Le Gouill.

Plusieurs produits dérivés se sont greffés aux livres afin de mieux utiliser les illustrations dans diverses situations pour gérer les émotions des enfants, contrôler le bruit ou comme tableau de motivation. Les applications Niki Talk destinées aux enfants muets ou qui ont de la difficulté à parler ont même été conçues par un papa en Italie à partir des images de la Sherbrookoise. La peluche du personnage imaginé par Anne-Marie Le Gouill a même été créée.

« Le personnage représente mon fils Antoine. J'ai aussi créé une petite fille qui peut me ressembler. Certains appellent le personnage Milmo comme la maison d'édition, mais je ne veux pas lui donner de nom parce que chaque parent ou intervenant adapte le personnage à son enfant ou à la situation. Le guide a été pensé et conçu pour des enfants souffrant d'autisme, de troubles de la communication et de difficultés organisationnelles, mais peut-être utilisé avec tous les enfants puisqu'un support visuel enrichit l'enseignement et la communication. Le support sur CD ou sur clé USB permet aux parents d'adapter les images et de les reproduire comme ils le désirent », explique celle qui possède une formation en arts visuels et en enseignement des arts plastiques.

Le diagnostic du syndrome d'Asperger de son fils a été accueilli comme un soulagement.

«On ne savait pas ce qu'il avait. On imaginait toutes sortes de scénarios. Lorsque j'ai su ce qu'il avait, j'ai décidé de me consacrer à lui et j'ai mis mes talents à son service. Ces illustrations sont nées des besoins de mon fils. Plusieurs autres images se sont ajoutées au fil du temps à partir des demandes de parents notamment celles d'enfants malades. Des hôpitaux pour enfants comme Sainte-Justine utilisent mes illustrations», indique Anne-Marie Le Gouill.

Des enfants partout au Canada, en France, en Belgique, en Suisse, en Espagne et en Allemagne et même dans certains pays d'Afrique, utilisent les ouvrages d'Anne-Marie Le Gouill.

« Mes pictogrammes peuvent aussi être utilisés par des allophones. Dans la région de Trois-Rivières, ils sont utilisés pour communiquer avec les nouveaux arrivants qui ne connaissent ni le français ni l'anglais. Les images sont universelles », rappelle Anne-Marie Le Gouill.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer